Préquelle à Matrix ?

Avis sur Cloud Atlas

Avatar Stevens Alejandro
Critique publiée par le

Je ne vais pas vous rappeler le Synopsis du film, mais simplement faire une analyse, mon analyse totalement subjective.

Cloud Atlas, c'est un film qui remet en cause l'identité humaine, les sentiments humains et l'éternel recommencement.

L'identité humaine car on constate qu'à travers ce film quelques-uns veulent laisser leurs traces, montrer qu'ils sont passer par ici et souhaitent que leurs actions transcendent le temps. Dermot Hoggins et sa biographie, Ben Wishaw qui compose sa propre symphonie ou tout simplement le vieux Zachry qui explique que les empreintes de chacun dans ce monde ne sont pas anodines.

Les sentiments humains, souvent contestés dans les Matrix par l'agent Smith qui ne comprenait ce qu'était l'amour et comment justement ce sentiment pouvait nous pousser à faire des choses qui paraissent dénuées de sens. C'est ce qu'on retrouve avec Yoona-939 qui rejoint le mouvement révolutionnaire appelé l'Union par amour sachant tout de même que leurs agissements étaient voués à l'échec mais avait pourtant une finalité : donner en héritage un espoir non-assouvi.

6 histoires différentes mais fortement reliés par les personnages bien évidemment, mais aussi par les situations. 6 histoires, ça me rappelle les 6 matrices +1 qui ont été évoquées dans la Trilogie. Et dans chacune de ces matrices existaient un virus qui faussé le chemin de chaque protagonistes : l'Agent Smith. Le comble, c'est qu'ici, dans les 6 époques différentes, Hugo Weaving est aussi le méchant qui empêche tout le monde d'avancer et qui pense que "tous ce que vous ferez ne serait qu'une goutte dans un vaste océan", le même discours qu'il tenait avec Néo lors de la bataille finale.

Le début de la matrice avec la création de champ d'être humain nourrit à l'être humain, cultivés en oubliant leur intégrité, par attraction du pouvoir, par avidité.

Et bizarrement, Meronym dit, au côte de Zachry, qu'elle attend "quelqu'un pour les aider", serait-ce l'Elu ?

Bien évidemment tout ce qui est au dessus est hypothétique dans la mesure où ce film est adapté d'un livre paru en 2004, alors que Matrix date de 1999. Et que les époques ne coïncident pas avec la Trilogie. Je trouvais juste que ça aurait pu être un clin d’œil, délibérément voulu.

Outre ceci, l'histoire parait complexe au début, mais il faut savoir être patient, les pièces du puzzles s'assemblent au fur et à mesure pour nous donner une leçon philosophique..

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 625 fois
2 apprécient

Stevens Alejandro a ajouté ce film à 7 listes Cloud Atlas

Autres actions de Stevens Alejandro Cloud Atlas