👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

OK, le scénario de "Comanche Station" n'a pas les retournements narratifs raffinés d'une "Chevauchée de la Vengeance", ou surtout du magnifique "Sept hommes à abattre".

Mais tous les bons ingrédients sont déjà là :
- ces magnifiques paysages rocailleurs de la vallée de la mort ou du bord du Rio Grande, qui n'existent probablement plus tels quels aujourd'hui.
- Ce goût pour la parade équestre, présent dans ce film comme dans aucun autre de ceux que j'ai pu voir de Boetticher. De la scène du mulet furieux à celles où les chevaux traversent la rivière, ou encore celle où Scott traverse une étendue ouverte exposée et rencontrent plusieurs Indiens, en passant par les scènes de campement, ce film est une véritable ode à la plus belle conquête de l'homme. On sent que Boetticher était lui-même éleveur, il le fait passer dans la direction d'acteurs.
- Histoire simplissime, mais universelle, digne d'un Hemingway : à quoi peut se résumer une vie humaine, qu'est-ce que l'intégrité, l'engagement, les rapports homme-femme, le vieillissement ?
- Des cadrages qui rendent justice aux grands espaces (peut-être même mieux que chez Ford), et qui, l'air de rien, sont chronométrées au milipoil près. Qu'il s'agisse d'une étendue d'eau à traverser, d'un cheval traînant un blessé à arrêter, d'un plan sur une conversation à cheval se finissant sur la queue du mini-convoi, tout s'enchaîne avec une énergie, une logique implacable. Dépouillée et flamboyante à la fois. Seul Boetticher arrive à réussir ce mélange.

Bref, peu importe l'histoire de deux hommes, un bandit et un ancien officier, qui se disputent une femme et même deux hommes, si on veut. Ce qui compte, c'est ce rythme si authentique de randonnée, si propice à la réflexion sur la condition humaine, la remise en question, bref l'élévation de l'âme.
zardoz6704
9
Écrit par

il y a 9 ans

3 j'aime

Comanche Station
Ugly
8

L'art du dépouillement selon Boetticher

Je termine le cycle des 7 westerns réalisés par Budd Boetticher avec sa vedette Randolph Scott, et déjà j'ai un petit coup de blues de quitter cette association qui fut mirifique et qui nous a offert...

Lire la critique

il y a 1 an

23 j'aime

9

Comanche Station
Pruneau
7

Oh hisse éculé

Un scénario archi éculé. Randolph Scott (62 ans...) échange une femme blanche prisonnière des Indiens contre des objets de pacotille, sans savoir que son mari a promis 5000 dollars pour qui la...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

Comanche Station
mazthemaz
7

Tous unis contre les Comanches

Ultime volet du cycle Ranown, Comanche Station le conclut de fort belle manière, grâce à un nouveau scénario de qualité signé Burt Kennedy, et à un retour dans les emblématiques paysages minéraux de...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

1

Orange mécanique
zardoz6704
5

Tout ou rien...

C'est ce genre de film, comme "La dernière tentation du Christ" de Scorsese", qui vous fait sentir comme un rat de laboratoire. C'est fait pour vous faire réagir, et oui, vous réagissez au quart de...

Lire la critique

il y a 8 ans

45 j'aime

9

Crossed
zardoz6704
5
Crossed

Fatigant...

"Crossed" est une chronique péchue, au montage saccadé, dans laquelle Karim Debbache, un vidéaste professionnel et sympa, parle à toute vitesse de films qui ont trait au jeu vidéo. Cette chronique...

Lire la critique

il y a 8 ans

40 j'aime

59

Black Hole, intégrale
zardoz6704
5

C'est beau, c'est très pensé, mais...

Milieu des années 1970 dans la banlieue de Seattle. Un mal qui se transmet par les relations sexuelles gagne les jeunes, mais c'est un sujet tabou. Il fait naître des difformités diverses et...

Lire la critique

il y a 8 ans

35 j'aime

6