Critique Cinéma #48 : Conan le Barbare

Avis sur Conan le Barbare

Avatar Jérémy Raikou
Critique publiée par le

Il y a quelques années , j'avais pour tradition de voir en hiver plusieurs films d'heroic fantasy et j'ai récemment repris cette tradition . J'avais pour premier objectif de vous présenter la trilogie du hobbit et du seigneur des anneaux , mais je me suis dit que vous présenter une œuvre relativement différente , et surtout une œuvre cultissime ayant inspiré un bon nombre de chose serait encore mieux ( oui lord of the rings et the hobbit sont cultissime aussi hein je ne suis pas bête :p ) , je veux vous parler de Conan le barbare . Le film est sortie en 1982 est à été réalisé par John Milius . Je dois vous préciser aussi que le personnage de Conan et son univers ont été créer par Robert E. Howard , un écrivain connu comme étant une des pierres fondatrices de l'héroic fantasy au même titre que J R R Tolkien ( ba tiens quand on parle du seigneur des anneaux et du hobbit :p ) . Ce film est donc une adaptation libre des romans d'origines mais reprenant globalement le personnage de Conan le cimmérien et son univers .

Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi, et entendre les lamentations de leurs femmes !

L'histoire et l'univers de Conan se déroule dans l'univers fictif de l'Âge hyborien , une époque impitoyable où la violence est au quotidien . Au milieu de tout ça vit le peuple Cimmérien et le jeune Conan , un garçon plein de promesses . Son père lui explique alors le secret de l'acier et son importance pour leur peuple ainsi que leur croyance incarné par le dieu Crom . Après cela malheureusement , le village de Conan est attaqué par un culte étrange cherchant le secret de l'acier expliqué plus tôt . Le village est mis à feu et à sang et toute la famille de Conan est tué et le pauvre orphelin réduit à l’esclavage . Mue par le désir de vengeance et par une volonté sans faille , Conan finira par gagner en plus une force herculéenne grâce à son travail d’esclave mais aussi à quelques combats de gladiateurs . gagnant également sa liberté , il doit alors parcourir un monde dangereux rempli de magie , de créatures étranges , et toutes sortes de mystères , mais sera aidé par des fidèles alliées et ne fera que gagner en maturité dans sa soif de vengeance et de reconquête de son royaume .

Le film est on ne peut plus maitrisé à l'aide d'une mise en scène efficace , même encore aujourd'hui , et un jeu d'acteur qui peut paraitre très simpliste mais plutôt soigné à mon sens . Mais pourquoi j'aime ce film me diriez vous ? et bien pour plusieurs raisons . Premièrement : le personnage de Conan . Incarné par un jeune Arnold Schwarzenegger qui veut faire ses preuves , nous avons ici un personnage des plus intéressants . Alors oui vous vous dites : ouais le film s'appelle Conan le barbare , le perso est grave musclé et se bat avec une épée , c'est juste une brute sans cervelle blabla . Et bien que nenni ! Conan est un personnage qui évolue sans cesse et qui dispose d'une mentalité particulière . Nous le voyons d'abord enfant en train de découvrir les légendes de son père , puis ensuite en tant qu’esclave et gladiateur où il développera sa force et ses connaissances , après en tant que guerrier/voleur où il va pouvoir découvrir l'amitié et l'amour et enfin en tant que libérateur non pas pour un peuple , mais aussi pour lui même , où il deviendra une légende accompli . J'ai remarqué quand même que malgré son bon rythme , le film possède pas mal de temps mort où les protagonistes se reposent , parlent ou mangent , ce qui peux casser le rythme par moment , oui , mais cela se révèle être des scènes essentiels car développant les personnages et surtout Conan qui en apprend plus sur lui même et le monde qui l'entoure .

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort

Je pense que c'est bien trouvé aussi le fait que l'on découvre le tout avec Conan . Nous suivons le cimmérien en train de grandir et de gagner en puissance et en curiosité et nous découvrons le film avec lui . Deuxième point sur lequel j'adore ce film , c'est l'univers : un monde heroic fantasy se portant dans un monde sauvage et barbare mais contenant aussi des moments d'apaisements ( comme les fameux temps morts cités plus haut , ou encore les scènes de sexe qui ont leur utilités mine de rien , elles ne sont pas la pour être gratuite ). C'est un monde contenant aussi de la magie avec des sorciers et sorcières , des créatures sanguinaires tel les serpents géants et des ennemies tout aussi implacable et sans pitié . C'est également un monde où les divinités et autre miracles ont leur rôle à jouer . Comme par exemple le fameux dieu Crom et son secret de l'acier que connaissent le peuple cimmérien , le dieu des quatre vents cité par le voleur accompagnant Conan , même le fait qu'il y ai tout un culte du serpent et leur leader ayant un lien plus qu’étroit renforce l'idée d'un monde où règne la magie et les croyances . Nous avons donc devant nos yeux un univers d'heroic fantasy très classique mais vachement solide qui pose donc les bases du genre .

Je ne l'ai toujours pas dit mais le film est bordée par une bande son des plus magistrale et qui est donc le troisième point pour lequel j'adore Conan le barbare . Composé par Basil Poledouris , la musique du film est juste remarquable . Elle est vraiment omniprésente dans le film et intervient dans les moments qu'il faut . C'est une bande son qui est très varié en soi et reflète à merveille , par sa polyvalence , l'univers de Conan . On passe donc par des musiques puissante et grondantes , plus calme et enjôleur et aussi épique ( comme la musique d'introduction par exemple ) . De ce coté çi je n'ai donc absolument rien à dire . Au niveau du jeu d'acteur mis à part Schwarzy , je retiendrai aussi James Earl Jones ( celui qui fait la voix de Dark Vador en VO tout de même ! ) qui incarne ici un méchant imposant , ainsi que Sandahl Bergman qui incarne Valéria , une guerrière / voleuse alliée de Conan , une femme fatale comme je les aime qui fait vraiment le café ici . Le jeu d'acteur global est ma foi on ne peut plus correct concernant le reste du casting . Les effets spéciaux , même si ils peuvent paraitre dépassé , reste propre malgré le poids des années et il en ai de même pour les décors et costumes qui arrivent facilement à nous immerger dans le film .

Un moment culte ?

L'introduction du film guidée par le narrateur , la montée en puissance de Conan avec la roue et la légende autour de Crom .
L'infiltration de Conan et son groupe dans la tour du serpent , puis plus tard dans le repère où Conan et compagnie découvre le culte et les éliminent .
La bataille de fin et la scène où Conan devient un libérateur .

Conclusion : Je ne sais pas quoi vous dire de plus , je ne peux que vous conseiller de voir ou revoir Conan le barbare . Il fait partie des films des années 80 que j’affectionne tant . Bordée par une musique épique , un Arnold Schwarzenegger ne souhaitant que faire ses preuves et une mise en scène toujours efficace , Conan le Barbare reste trés classique en soi et prend parfois des temps mort qui peuvent couper le rythme du film . Mais c'est une valeur sure de l'heroic fantasy et un film réalisé avec soin qui mérite sa renommé .

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 804 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Jérémy Raikou a ajouté ce film à 6 listes Conan le Barbare

Autres actions de Jérémy Raikou Conan le Barbare