Bienvenue dans ma vie !

Avis sur Constantine

Avatar HITMAN
Critique publiée par le

Qui possède la Lance du Destin tient le sort du monde entre ses mains.

La Lance du Destin a disparu après la Seconde Guerre mondiale.

Ce thriller fantastique, adaptation de Comics book met en vedette John Constantine, un chasseur de démons qui combat le monde des ténèbres, une sorte de mage détective du paranormal consommateur abusif d'alcool et de tabac, pratiquant les sciences occultes, les exorcismes et autres rites d'ensorcellement. Un personnage similaire mais paradoxalement différent au Docteur Strange du concurrent Marvel Comics. Dans le rôle-titre de Johnny boy, l'acteur Keanu Reeves (Les Liaisons dangereuses, John Wick) adapte le personnage de DC Comics/Vertigo, créé par le scénariste Alan Moore & les dessinateurs John Totleben et Stephen Bissette. Il apparaît pour la première fois en personnage de second plan dans le comics Swamp Thing #37, en juin 1985, la fameuse créature du marais. Il a ensuite son propre Comic book intitulé John Constantine, Hellblazer en janvier 1988 de Jamie Delano & Garth Ennis...
Dans la Cité des Anges, à Los Angeles, l'équilibre entre le Bien & le Mal parmi les hommes a été rompu. Pris dans ce tourbillon d'événements surnaturels, John Constantine en quête de rédemption aide Katelin Dodson, une officier de police, à lever le voile sur le suicide mystérieux de sa sœur jumelle, Isabel.

Attendez, vous descendez ?

J'vais essayer d'éviter !

À la mise en scène de cette production à 100 millions de dollars, le cinéaste Francis Lawrence (Je suis une Légende, Red Sparrow) dans sa première réalisation. Les scénaristes Kevin Brodbin & Frank A. Cappello se sont largement inspirée de l’arc narratif de Dangerous Habits.
Au casting des voix de l'enfer, Rachel Weisz (La Momie, La Favorite) dans sa deuxième collaboration avec Keanu Reeves après Poursuite en 1996, Shia LaBeouf (I, Robot, Borg McEnroe), Tilda Swinton (Egomania, l'île sans espoir, Suspiria), Pruitt Taylor Vince (Angel Heart, Bird Box), Djimon Hounsou (Amistad, Shazam !), Peter Stormare (Fargo, John Wick 2), Gavin Rossdale (Le Match de leur vie, The Bling Ring), Max Baker et l'apparition rapide de Michelle Monaghan.

Eh mon pote t'as du feu ?

John Constantine revient de l'Enfer. Constantine est né avec une faculté dont il se serait bien passé : celle de voir les anges et démons qui peuplent la Terre. Ses visions cauchemardesques ont eu raison de lui. Ressuscité contre son gré, il revient dans le monde des vivants pour remporter la guerre contre les forces du Mal. Mais Constantine n'est pas un saint. Désillusionné par le monde qui l'entoure, mais aussi incrédule sur l'au-delà, c'est un héros anticonformiste et autodestructeur. Si Constantine est prêt à se battre, il ne cherche pas l'admiration, et encore moins la compassion. Son chemin croise celui d'Angela Dodson, une inspectrice de police sceptique qui l'engage pour résoudre le mystérieux suicide entourant la mort de sa sœur jumelle. Cette enquête leur fera découvrir l'univers d'anges et de démons qui hantent les sous-sols de Los Angeles d'aujourd'hui...

De l'eau bénite !

Pour son premier film, le spécialiste des clips vidéo (Destiny's Child, Britney Spears, Lady Gaga...) et autres pubs, Francis Lawrence s'attaque à un Blockbuster mystico-fantastique sombre et à l'esthétisme soigné, peuplée de démons, de médiums et d'archanges comme Balthazar, Midnite, Gabriel ou même Lucifer. Deux ans après Matrix Reloaded & Révolutions, Reeves revient dans la peau d'un héros, mais autodestructeur en s'imposant dans le genre fantastique et au box-office mondial à plus 230 millions de dollars de recette. Reeves fait de nouveau face à Belzébuth, huit ans après L'Associé du diable et à des hordes de monstres numériques issus du Stan Winston Studio, dernier gros projet du maître qui supervise les effets spéciaux et visuels ainsi que les maquillages. Autres points non négligeables avec les seconds rôles, on se régale des apparitions remarqués de l'ange Tilda Swinton et surtout de Peter Stormare en Diable ! La musique coécrite par les compositeurs Brian Tyler & Klaus Badelt envoute l'atmosphère de ce bon divertissement assumant ses origines de comics.

Dans la lumière, je t'appelle !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1903 fois
9 apprécient

HITMAN a ajouté ce film à 14 listes Constantine

Autres actions de HITMAN Constantine