Avis sur

Coweb par cherycok

Avatar cherycok
Critique publiée par le

Ah les filles qui se tatanent... Un genre qui a fait fureur vers la fin des années 80 et début 90 à Hong-Kong. On se souviendra longtemps des Cynthia Khan, Moon Lee, Michelle Yeoh, Sibelle Hu et autre Yukari Oshima, avec des films tels que Dreaming the Reality, Fatal Termination, ou encore les séries des Angel ou encore des In the Line of Duty. Tant de films qui ont marqués les amateurs, souvent nostalgiques.
Disparu dans le milieu des années 90, certains ont pourtant essayé de ressusciter le genre, comme par exemple Ching Siu Tung (Histoires de Fantomes Chinois) avec le décrié mais néanmoins très sympathique et décomplexé Naked Weapon en 2002, et c'est le cas aujourd'hui de Hung Yan Yan (The Blade) avec Coweb.

Méchant inoubliable du The Blade de Tsui Hark, chorégraphe qui n'a plus rien à prouver dans ce domaine, Hung Yan-Yan passe donc pour la première fois à la réalisation, et si on en croit l'interview faite de lui par nos confrères de Hkcinemagic, il a pour but de remettre à la mode les films d'arts martiaux à Hong-Kong, rien que ça.
Et pour cela, rien de mieux de montrer aux Thaïlandais, qui avaient repris un peu le flambeau, que Hong-Kong peut avoir aussi son désormais célèbre Chocolate et ses combats de fous exécutés par une femme.
Si je cite ce film, ce n'est pas par hasard. Hung Yan-Yan le dit lui-même, il veut faire encore mieux que Chocolate : des combats encore plus réels, des chutes plus impressionnantes, moins de doublures. Alors, pari réussi ?... Pas tout à fait...

Nous passerons rapidement sur le scénario ridicule se voulant dans l'ère du temps avec ces histoires de combats retransmis sur Internet pour nous intéresser aux affrontements.
Si on les prend martialement parlant, on peut dire que Hung Yan-Yan s'est vraiment bien démerdé. Les chorégraphies sont excellentes, et servent des combats souvent très longs, nombreux, dynamiques, et qui font parfois très mal (celui contre Kane Kosugi). La jeune Jiang Lu-Xia est juste monstrueusement impressionnante (elle a été découverte sur Internet où elle mettait des vidéos de ses démonstrations martiales) et on peut d'ores et déjà affirmer qu'on la reverra très prochainement sur les écrans.

Mais là où le bas blesse, c'est sur la réalisation des combats. Hormis le fait qu'on retrouve « étrangement » pas mal de similitudes avec ceux de Chocolate (le combat sur l'échafaudage par exemple), le montage frôle parfois la catastrophe gâchant le plaisir du spectateur. Filmés de trop près, trop de plans qui s'enchaînent trop vite, on aurait préféré des plans larges avec de longs enchainements. Quitte à vouloir ressusciter un genre, autant le faire avec des arguments de poids, surtout que la jeune Jiang Lu-Xia n'est apparemment jamais doublée ce qui aurait pu renforcer cet aspect impressionnant malgré l'emploi de quelques câbles. Le tout est appuyé par le rajout de bruitages juste horribles, parfois même des cris d'animaux (un hommage à Dog Bite Dog ?) franchement du plus mauvais effet.
Malgré cela, les combats restent très bons, agréables à regarder et compensent le reste du film qui ne sert au final qu'à amener ces affrontements. La touche d'humour censée être apportée par Sam Lee (Dog Bite Dog, Bio Zombi) est agréable mais ne casse pas trois pattes à un canard et c'est fort dommage tant on connait le potentiel comique de cet acteur. Ca sent plus le remplissage qu'autre chose...

Ne vous méprenez pas après ces mauvaises choses que je vous raconte sur ce film, Coweb reste tout de même un bon divertissement, je tenais juste montrer du doigt les points noirs qui l'empêche d'être un grand film. Les nombreux combats vous tiendront en haleine, et si Hung Yan-Yan arrive réellement à relancer la mode des films de tatanes à Hong-Kong comme il en rêve, on ne pourra que lui dire un grand merci.
Dans tous les cas, pour surpasser Chocolate, c'est raté monsieur Hung Yan-Yan ^^

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 267 fois
1 apprécie

Autres actions de cherycok Coweb