Une expérience hors du commun.

Avis sur Cyprien

Avatar Otakiron
Critique publiée par le

Je sais, je sais ! Pourquoi regarder des films dont on sait à l'avance qu'ils vont tutoyer le degré zéro du divertissement ? Enfin, vous savez, des films comme ça ont tout de même le mérite de rapporter du néant l'ennui. De quoi philosopher une bonne nuit déjà.

Ah, et puis c'est quoi cette vieille image de geek qu'ils véhiculent dès le générique avec des références vulgarisées et des codes visuels grotesques, absurdes, érronés etc ? Ne savent-ils pas qu'un geek est simplement un passionné et pas forcément un abruti à lunettes avec une voix de demeuré ? Puis qu'est-ce qu'elle fout là, la mère Deneuve ? Non pas que je sois un fan mais là ca sent clairement le besoin de fric. Pauvre actrice va.
Et quelqu'un a déjà joué à un FPS en ligne en bourrinant généreusement le clavier numérique et en caressant comme un débile sa souris ? Une souris ça se prend dans la paume. Ou en appuyant sur une seule touche par main ? Le combo ZQSD ça fait un bail qu'on est dessus. Fallait quoi ? Un consultant en jouabilité pour le film ?
En gros, plusieurs fois dans le film on voit la bande de copains jouer en LAN, et ces scènes là - pourtant courtes - démontrent bien que le film n'a même pas été fait par un mec qui connait ne serait-ce qu'un peu l'univers des nerds et autres geeks, des vrais j'entends. Pour peu que TF1 se base sur ce film pour encore alimenter les clichés et répandre la peur et le danger dans les foyers de France... Bon ok, je pars loin.

Enfin bref, tant de questions...

Et encore, si c'était juste bien écrit pour la partie nerd/geek/no-life (que constitue la totalité du film en fait), ça aurait évité des espèces de phrases concepts avec un lot de mots clés histoire d'impressionner le public néophyte en informatique, du genre : "Quand tu connectes un disque dur externe via un port firewire, est-ce que tu reboot en mode sans échec ?" (film à l'appui). Et évidemment la gourdasse en face qui comprend rien. Remarquez, ça permet au public de s'identifier au personnage à l'écran, le faisant passer pour des ignares soit dit en passant. Et de toute façon, personne ne branche de disque dur en mode sans échec.

Et il veut duper qui, Semoun, à taper sur son clavier tel un agent secret qui infiltrerait le FBI ? C'est bon quoi, on le connait ce vieux truc. Puis forcément, faire un film d'une heure et demie sur un personnage qui apparait trente secondes de temps en temps dans la carrière du Monsieur...

Rien ne passe, même pas la minute d'émotion du film où Cyprien marche, solitaire, avec une petite musique en fond censée renforcer l'émotion de l'instant.

Pas un seul moment amusant, pas une scène qui sorte du lot, rien. J'ai - et c'est véridique - eu une sensation de nausée durant tout le..."film", tant j'ai soupiré comme jamais. Pitié, pas un film sur Kevina. On a compris la leçon. On sait maintenant que vous êtes capables de tout.

Cyprien dessert, insulte, afflige, terrifie même, mais applique plus que jamais l'adage: "quand je me contemple je me désole, quand je compare je me console". Cyprien vous consolera donc pendant une heure et demie. C'est déjà ça.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3010 fois
77 apprécient · 4 n'apprécient pas

Otakiron a ajouté ce film à 2 listes Cyprien

Autres actions de Otakiron Cyprien