A l'occasion des 50 ans de sa société de production, Claude Lelouch s'est offert ce petit plaisir, narcissique, de revenir sur l'ensemble de ses films, et plusieurs films qu'il a produits comme "Molière" (Ariane Mnouchkine).

Démarrant par le petit court-métrage absolument ébouriffant, nommé "C'était un rendez-vous" (8 minutes sur une traversée de Paris en voiture, sans faire fi des règles de sécurité), Lelouch commente les étapes de sa vie, ce qui l'a amené à devenir réalisateur, les succès, les échecs, et la gloire qui lui tombera dessus pour "Un homme et une femme".

Ornée de métaphores dont lui seul a le secret, son apparente mausolée à sa gloire n'est en fait qu'une longue autocritique, où il ne comprend pas pourquoi son public l'a peu à peu abandonné depuis les années 2000, ce qu'il a fait pour mériter le sort des critiques à le descendre constamment (notamment les Cahiers du cinéma), où il comprend l'échec de certains films (comme Un homme et une femme, 20 ans déjà ou a nous deux).

Le film n'est qu'un patchwork de toute son œuvre, où l'on (re)découvre de superbes extraits et la preuve irréfutable qu'il est un formidable directeur d'acteurs (il suffit de voir comment il a dirigé Lino Ventura, Annie Girardot, Charles Denner, Anouk Aimée... et la liste est longue), et un amour fou pour le cinéma. Plus qu'une manne financière (qu'il aura dilapidée à force d'échecs), filmer est synonyme de respiration pour lui ; il est rare de ressentir, y compris chez les jeunes réalisateurs, une telle envie de filmer, de se sentir proche de ses acteurs, et le documentaire le restitue très bien, avec des scènes où sont diluées ses fameux instants de vérité, ceux où l'improvisation est plus forte que le texte.

Comme je l'ai déjà dit dans d'autres critiques de ses films, je suis loin d'être un supporter invétéré de Lelouch ; en général, je suis plus amateur de ses histoires dites intimistes (Le voyou, La bonne année, Un homme et une femme, Roman de gare), que ses grandes fresques boursouflées, mais si je lui reconnais une grande qualité, c'est cet amour du cinéma qu'il sait nous faire communiquer.

Les extraits du documentaire sont plutôt bien choisis, avec des making-of, des archives, et une très émouvante vidéo où l'on voit Patrick Dewaere s'entrainer à son rôle pour Edith et Marcel, à quelques heures seulement de son suicide. Quel gâchis....
Film-bilan d'un demi-sciècle de cinéma, D'un film à l'autre est vraiment recommandé à ceux qui veulent découvrir le meilleur du cinéma de Lelouch, cette passion indéfectible qui semble l'animer, et rien que ça, merci.
Boubakar
8
Écrit par

Le 12 décembre 2011

2 j'aime

D'un film à l'autre
Val_Cancun
8

Itinéraire d'un enfant gâté

En soi, ce documentaire sur Lelouch par Lelouch n'a rien d'extraordinaire : il s'agit simplement d'un retour chronologique sur chaque film du réalisateur (avec son commentaire en voix-off), depuis...

il y a 3 ans

4 j'aime

D'un film à l'autre
Boubakar
8

Lelouch pour les nuls.

A l'occasion des 50 ans de sa société de production, Claude Lelouch s'est offert ce petit plaisir, narcissique, de revenir sur l'ensemble de ses films, et plusieurs films qu'il a produits comme...

il y a 11 ans

2 j'aime

D'un film à l'autre
Cinemaniaque
8

Critique de D'un film à l'autre par Cinemaniaque

Lelouch raconte Lelouch : 50 ans de carrière, 50 ans de films, des bons, des moins bons, des bonheurs, des déceptions, mais surtout des souvenirs. Jamais on ne verra Lelouch aujourd'hui : le film ne...

il y a 11 ans

1 j'aime

Total recall
Boubakar
7
Total recall

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

il y a 10 ans

43 j'aime

3

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

il y a 9 ans

42 j'aime

11

De rouille et d'os
Boubakar
9

La rencontre entre la destruction et la reconstruction.

Comme souvent, je vais voir un film en en sachant le moins possible (d'ailleurs, je n'ai pas vu la bande-annonce), tout au plus, je savais qu'il était question d'amputation, et c'est tout. Et ce que...

il y a 10 ans

38 j'aime

1