Mieux vaut être un chien vivant qu'un lion mort.

Avis sur Dangereuse sous tous rapports

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Ancien disciple de Roger Corman, la carrière de Jonathan Demme a l'air d'être clairement divisée en deux parties, Dangereuse sous tous rapports étant la fin de la première. Viendra ensuite Le silence des agneaux, mais c'est un autre sujet...

Pour en revenir à celui-ci, il raconte comment un sous-directeur de banque ordinaire, dont le passe-temps préféré est de voler une barre chocolatée dans un bar pour le goût du frisson, va être alpagué par une jeune femme coiffée à la Louise Brooks, qui va le draguer, afin de lui faire vivre un week-end de folie...
Disons-le franchement ; le film est très sympathique, emporté par l'énergie de ses acteurs, dont une Melanie Griffith rayonnante, et un Jeff Daniels qu'on n'a que trop peu vu dans le genre comique, du moins dans la première partie. Dans la seconde moitié de l'histoire va arriver Ray Liotta, dont c'était le deuxième rôle au cinéma, et le rôle de loubard obsédé par son ancienne conquête lui va comme un gant.
On voit que Jonathan Demme a voulu laisser parler son amour pour la musique avec de longs passages de groupes du coin (l'histoire se passe en Floride), et il faut souligner la superbe photo de Tak Fujimoto, collaborateur régulier du réalisateur.
J'aime bien la façon dont le film passe de la comédie légère à quelque chose de plus en plus noir, avec l'arrivée de Ray Liotta, mais il y a dans cette histoire une énergie et des acteurs parfaits pour ce que ça raconte.

Avec Le silence des agneaux, sorti après, on voit bien que Demme a voulu devenir plus sérieux, plus académique dirais-je, après ses années chez Roger Corman, mais Dangereuse sous tous rapports reste une bonne surprise.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 345 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Boubakar Dangereuse sous tous rapports