50 shades of darkest minds

Avis sur Darkest Minds : Rébellion

Avatar Mathias the Watcher
Critique publiée par le

Le film est moyen et rempli de défauts! Tout comme la plupart des sagas pour ados déjà bien prédécoupées de base pour tirer le maximum de frics aux vaches à lait si jamais la magie prend... Triste!

Le synopsis est basique : à un moment T, tous les enfants commencent à soit mourir (à 90% tout de même parce que bon… ces petits merdeux étaient devenus un peu trop nombreux), soit développer des pouvoirs (powaaaaaaaaaaaa). Pour canaliser cette vague, le gouvernement place les enfants dans des camps afin de a) officieusement juguler la menace ; b) officiellement guérir ces pauvres petits.

Le monde dans lequel les personnages évoluent ne semble pas très cohérent. Les personnages traversent des zones abandonnées dans un univers post-apocalyptique (le mall, certaines rues avec des véhicules abandonnées, etc) et pourtant tout semble normal quand on voit les conférences de presse, la maison des parents, etc… Cela parait discordant. On y fait encore des enfants ? On ne voit plus de jeunes gosses… Et pourtant on ne voit aucune forme de répression à cet effet. Et si on en fait plus, comment on contrôle cela ? On a des chasseurs de prime payés par on ne sait pas qui qui apparaissent pour ne plus revenir alors qu’on met des primes sur la tête des jeunes rebelles. Qu’est-ce qui a déclenché ce truc ? On s’en fout en fait, personne ne se pose des questions. Ni les adultes, ni les gosses… Les parents n’ont pas l’air de se soucier du sort de leurs enfants. Or il n’y a rien qui est censé compter plus qu’un enfant... L'univers est donc clairement pas assez développé.

Les différentes classes de pouvoir sont trop limitées et caricaturales. On a cinq types de pouvoirs. Pourquoi se limiter à cela et qu’ils n’aient pas tous des aptitudes différentes ? Cela aurait ajouté de l’intérêt aux personnages et cela aurait justifié qu’ils cherchent à cacher ce que sont leurs vrais pouvoirs. Mais non. On peut donc les classer en classe de dangerosité en fonction de la puissance destructrice développée… Or ils semblent avoir des niveaux de puissance différents dans une même classe, ne serait-ce donc pas plus logique de les classer par niveau de puissance plus que par type de pouvoir? On a donc les plus sympas qui sont juste super-intelligents (associé à la couleur verte). Ensuite les gosses qui développent de la télékinésie (associé à la couleur bleue). Puis ceux qui génèrent et contrôlent l’électricité (associé à la couleur jaune). Et on a les deux dernières classes considérées comme dangereuses : les oranges qui peuvent contrôler complètement les autres personnes et les rouges qui… crachent des boules de feu. Les deux dernières classes sont éliminées car trop dangereuses. Ce classement de pouvoirs n’a aucun sens. Contrôler le feu est nettement plus dangereux que tout le reste ? Ça ou l’électricité… Je ne vois pas la différence. La télékinésie me parait tout aussi dangereuse surtout quand on voit ce qu’en font les personnages. Contrôler les gens pour leur faire faire tout et n’importe quoi me parait le summun du truc et pourtant… les cracheurs de feu règnent en maitre. ^^ Ok… Je présume que l’on fera avec.

Les pouvoirs de Ruby (l'héroïne, jolie métisse) semblent fonctionner en permanence de manière différente, ce qui empêche la vision de ce qu’elle peut faire ou non. Parce que cela semble sans limite. Or si c’est le cas, pourquoi n’est-elle pas sortie tranquillement de chaque situation en contrôlant les gens ?

I just didn’t want you to be afraid of me. The more that I try to control it, the more damage that I do.

Pourquoi mettre les enfants dans des camps de travail bon marché ? Pour faire péniblement ce que des ouvriers chinois font pour deux kopecs de l’heure ? Si certaines catégories d’enfants sont sans danger (comme les super-intelligents) pourquoi les enfermer dans des camps de concentration et être certain ensuite qu’ils détestent l’humanité ? Ça ne fait pas sens… Et l’effet pourri des yeux qui s’illuminent de la couleur de leur catégorie quand leurs pouvoirs s’activent… Dammit, c’est terriblement mauvais. Mais surtout pourquoi avoir un processus de détermination des pouvoirs quand il suffit de voir de quelle couleur leurs pupilles s’illuminent ??

Résumé de la sorte, cela semble terriblement mauvais. Et pourtant cela reste plaisant. Pourquoi ? Parce que le groupe de personnages principaux fonctionnent terriblement bien. Leurs interactions sont franches et émouvantes. Les relations entre eux sont bien développées. Ils ont tous une personnalité propre sans être caricaturaux. On comprend ce qui les relie et surtout pourquoi ils restent ensemble. Il y a une émotion sincère qui s’en dégage. C’est sympa et c’est ce qui en fait un film intéressant et agréable à regarder. Malheureusement l'émotion crée est vite expédiée par un film qui cherche à en dire beaucoup trop et à courir tout le temps au lieu de poser convenablement ses bases…

We don’t have to stay in darkness. We’ve survived all of this. I will fight for all of us.

Un autre problème récurrent du film est qu’il nous montre des flashbacks issus des expériences des autres jeunes ayant échappés aussi aux camps de concentration et que cela a l’air nettement plus intéressant que ce qu’on nous a présenté à l’écran (bien que la scène semble pompée d’X-Men quand Magnéto utilise ses pouvoirs pour forcer les portes du camps d’extermination).

Bref, un petit film sympa par ses personnages qui affichent une belle synergie de groupe mais gâché par un univers sous-développé et manquant de cohérence. Clairement construit pour en faire une saga en épisodes, à voir ce que cela pourra encore apporter en tant que x-ième saga pour teenagers reprenant exactement le même schéma narratif du : le système est méchant, renversons le système, nous sommes les enfants du monde. Le film n’est pas si mauvais en soi, mais il n’apporte absolument rien aux dernières productions récentes qui commencent à saturer l’écran.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 125 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Mathias the Watcher Darkest Minds : Rébellion