Documentaire animalier

Avis sur Des monstres attaquent la ville

Avatar FloBerne
Critique publiée par le

"Them" est un bon film, sûrement l'un des plus meilleurs que j'ai pu voir jusqu'ici dans le sous-genre des films d'invasion de monstre. Je m'attendais à une petite série b sans prétention, loin de me douter sur quelle réussite je tomberai. Balaise, solide et instruit sur son sujet (contrairement à un certain Village des Damnés), "Des monstres attaquent la ville" s'avère être un excellent divertissement doublé d'une parabole traumatique sur l'utilisation du nucléaire, et qui n'est pas sans rappeler par bien des aspects "Godzilla", le chef-d'oeuvre de Ishirô Honda.

Bien écrit s'il en est, le scénario est aussi convaincant que propice à de sacrées situations d'action; spectaculaire, couillu et saisissant, le résultat final m'a marqué au plus haut point; certes classique mais amené et développé de façon logique et pertinente, il donne le chemin à des scènes d'affrontement réussies et spectaculaires pour l'époque.

"Them!" est un film important dans le sens où il apporte réellement quelque chose à son genre de prédilection, la science-fiction, ainsi qu'au cinéma en règle générale; je veux parler ici du message même de l'oeuvre, prônant l'arrêt d'un nucléaire tellement destructeur qu'il en vient jusqu'à modifier la nature qu'il touche. L'action de l'homme, ses inventions sont donc cancérigènes pour notre monde; car si la Terre doit mourir, ce sera par la faute de l'homme, son mal dominant.

Le message, profondément bien évoqué, est appuyé par une justesse du propos qui manque à nombre d'autres métrages du genre. Armée d'une rigueur scientifique de tous les instants, l'oeuvre nous explique le déroulée de la société fourmilière, toute cette organisation titanesque pour de petites bêtes pas même plus grosses que le plus petit ongle de la plus petite des femmes. L'on sent d'ailleurs un intérêt certain pour le sujet traité, une certaine fascination pour ces créatures organisée à la perfection, sans que rien ne soit laissée au hasard.

C'est aussi la nature que mettent ici en avant les artistes en charge du projet; car si les fourmis sont ainsi, c'est que la nature leur en a fourni la possibilité. Et si l'homme s'attaque à elle, s'il les extermine, il devient le tueur de son monde; c'est même lui qui, par sa folie destructrice et meurtrière, a causé leur taille gigantesque ainsi que leurs attaques; l'homme est voué à se retourner contre l'homme, la création contre le créateur, création qu'il devra exterminer s'il veut continuer à vivre sur cette Terre. Une autre variation du thème de Frankenstein, en somme.

Il faut en plus ajouter à cela une terrible parabole sur les conséquences de la guerre froide dans notre monde moderne, cause principale, par la course à l'armement, de différentes catastrophes nucléaires. Et si le message pourra paraître aujourd'hui quelque peu éculé, il n'en demeure pas moins engagé et courageux pour l'époque; sans être le premier à l'avoir abordé, Them! fait partie des films qui l'évoquent avec une neutralité réjouissante.

Et tout ce qui gravite autour de l'oeuvre, ses évidentes qualités plastiques, avec ses fourmis géantes qui ressemblent à des peluches menaçantes, mais tout de même assez bien foutues pour amener un côté spectaculaire à l'oeuvre; tous ses acteurs engagés et investis; cette mise en scène qui ne laisse rien au hasard, pas même sa bande-son de très forte qualité; ainsi que sa conclusion pessimiste et avant-gardiste, vision du début de la fin d'un monde capitaliste où les pires excès se mêlent aux meilleurs profits; oui, tout ce qui se trouve dans ce chef-d'oeuvre permet à son message de passer de la manière la plus crédible qui soit, de la meilleure manière possible : par un rappel brut de la nature de l'homme et des conséquences que ses actions insensées pourraient entraîner dans le futur s'il décidait d'agir encore comme cela, irrémédiablement, jusqu'à la fin des temps. L'homme entraîne la mort de l'homme, ne laissant dans son sillage que souillure et destruction.

Edit du 27 mars 2020 : Au revisionnage (3 ans et demi plus tard), moins enthousiasmé par la mise en scène et l'originalité du propos. Trop peu audacieux dans sa mise en scène, Des monstres attaquent la ville s'enferme dans un académisme peu transcendant; la faute à un sous-genre cinématographique pas bien mis en valeur par les réalisateurs talentueux de l'époque : même Hitchcock mettra plus de dix ans avant d'y porter son attention (avec Les Oiseaux), lui qui préféra jusqu'ici donner ses lettres de noblesse au film noir/thriller.

Plate, sans grand relief, sa mise en scène reflète la façon de faire de l'époque sans sortir des sentiers battus (tout comme son jeu d'acteur fait son travail sans moment de gloire); mais pourquoi le faire quand elle correspond très bien à la qualité de l'écriture, solide mais toujours très professionnelle, sans grande tentative d'innover (si ce n'est par son style documentaire et réaliste), et qu'elle propose le plus important dans ce genre de films, des scènes d'action et de monstres spectaculaires et palpitantes.

Il faut dire que si l'on oublie son inévitable personnalité de film d'exploitation classique, Them! est d'une efficacité à toute épreuve, sa conclusion pessimiste sur la nature de l'homme l'inscrivant dans une réflexion commune au teint étonnamment sombre et éclairé sur le versant obscur de l'âme humaine. Sans être le plus grand film de monstres de sa décennie, il s'inscrit dans les rangs des plus divertissants et et des plus solides.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 236 fois
3 apprécient

FloBerne a ajouté ce film à 6 listes Des monstres attaquent la ville

Autres actions de FloBerne Des monstres attaquent la ville