La fin justifie-t-elle les moyens ?

Avis sur Détention secrète

Avatar Chris Tophe
Critique publiée par le

Pour sa première réalisation américaine, le cinéaste sud-africain Gavin Hood qui avait réalisé le très peu connu, mais bon « Mon nom est Tsotsi », signe avec Détention Secrète un thriller politique efficace en essayant d’avoir une vision objective de la situation concernant le conflit post 11 septembre qui oppose le Moyen Orient et les Etats-Unis.

Le film relate donc trois histoires parallèles, mais qui sont complémentaires.

  • La première étant celle d’Anwar El –Ilbraimi un biochimiste d’origine égyptienne, qui en rentrant aux Etats-Unis après un voyage d’affaire, va se faire arrêter par les autorités américaines. Le motif de cette arrestation est que la CIA le soupçonne de faire partie d’une cellule terroriste, dirigé par Rashid Silime. Ils l’accusent d’avoir mis ses connaissances techniques au service de ce réseau et d’avoir participé indirectement à un attentat au Caire.
    Afin d’obtenir des informations sur son chef, les services secrets n’hésiterons pas à employer le programme « extraordinary rendition » et à l’emprisonner en Egypte.
    Anwar va donc faire la douloureuse expérience de la torture comme la pratique du waterboarding ( la torture par l’eau) qui n’est pas sans rappeler le film Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow

Le programme « extraordinary rendition » a était mis en place sous la présidence de Clinton autorisant le gouvernement à garder et transférer des présumés terroristes sans avoir à demander une extradition. Une mesure qui n’est censé s’appliquer que dans des cas très particuliers. Mais après les attentats du 11 septembre ce type de procédure s’est accru et le gouvernement autorise la détention et transfère des suspects dans des prisons hors des Etats-Unis où la pratique de la torture n’est pas illégale.

  • Nous suivons ensuite aux Etats-Unis la femme d’Anwar, Isabella, s’inquiétant de l’absence de son mari, va faire appel à un vieil ami occupant la fonction de chef de cabinet d’ un sénateur et ainsi utilisé son influence politique pour avoir des renseignements sur cette mystérieuse disparition.

  • Le dernier évènement nous ramène en Egypte et suit l’idylle entre la fille du chef de la police et un jeune étudiant, partisan d’un groupe religieux fanatique qui souhaite venger la mort de son frère.

Je crains que vous ne parliez sous la torture, car elle fait dire
n’importe quoi aux hommes qui la subisse. Shakespeare

Au travers de ces évènements, le cinéaste nous montre les deux facettes de ce conflit sans pour autant nous inciter à prendre parti. Il laisse le spectateur se faire sa propre réflexion sur ce qu’il vient de voir, à se poser des questions telles que :

  • La fin justifie-t-elle les moyens ?
  • Les sentiments de peur et d’insécurité peuvent-ils légitimer des actes de barbarie ?

C’est donc à nous d’y répondre avec nos valeurs, nos croyances et notre jugement.

C’est dans cette nuance que réside la réussite de cette œuvre, dans le fait que l’on n’est pas dans de la propagande ou dans une vision manichéenne. La mise en scène est faite de façon à ce que nous soyons placés en simple observateur et analyste de la situation du personnage d’Anwar.

Concernant la distribution, nous n’avons pas à nous plaindre, car elle est de qualité, avec des acteurs jouant leurs rôles à la perfection ! Reese Whiterspoon, interprétant de façon sobre mais efficace cette femme cherchant à tout prix des réponses et qui va être confrontée au secret d’Etat (pour son rôle, elle s’est intéressée à la culture musulmane en lisant des livres et en faisant la rencontre de plusieurs musulmans américain).
Également Jack Gyllenhaal en jeune agent dont les convictions sont mises à rude épreuve en étant spectateur des actes répréhensibles auquel il est témoin, sans oublier Omar Metwally jouant son rôle de martyre avec sincérité .
Mais la mention revient à Meryl Streep qui interprète parfaitement la directrice de la CIA, la garce insensible justifiant sans sourciller les agissements de son département en se cachant derrière une politique sécuritaire.

Bien que l’on puisse y trouver un manque de rythme et quelques longueurs, Détention secrète est un très bon thriller, qui nous incite à nous mettre en face d’un problème, qui peut paraître simpliste, que nous pouvons regarder avec un certain détachement, mais qui en réalité est bien plus complexe qu’il n’y paraît et ou la notion de bien et de mal est remise en question !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 670 fois
16 apprécient

Chris Tophe a ajouté ce film à 7 listes Détention secrète

Autres actions de Chris Tophe Détention secrète