👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Deux jours (à tuer), une nuit (en enfer)…

Deux jours, une nuit est un petit calvaire. Traitant d’un sujet pas très palpitant, il navigue sur les flots plats de la lassitude. Une femme part en campagne pour le second tour d’une élection entre son licenciement et un prime annuelle, l’ensemble du corps électoral étant composé de ses potentiels futurs ex-collègues de travail. Saupoudrez le tout d’une bonne dose de Xanax, voir deux et vous obtenez un film bien mièvre.

L’apathique Cotillard me laisse de marbre, de même que l’ensemble du casting. Pour un film se voulant plongeant en plein pathos, on se fourvoie bien vite dans le pathétique. Le message politique bien lourdingue, du combat du vaillant travailleur contre le diabolique patron est rasséné sans relâche, justifiant sans aucun argumentaire les 32 heures de travail par semaine… La caméra se veut discrète, et elle l’est. Au point qu’on se demande pourquoi nous servir une mélasse de bons sentiments et morale bobo-isante, plutôt qu’un vrai documentaire.

Les frères Dardenne touchent le jury de Cannes au plus profond de leur coeur, car ils partagent avec eux une fausse vision bien-pensante du monde. Ils s’imaginent cerner avec succès le drame de la vie quotidienne des petites gens, mais passent totalement à côté de leur sujet. Tant de bienveillance charmera toute l’intelligentsia cannoise, mais s’avère être d’une fausseté navrante.

Heureusement pour vous, le film est plutôt court, ce qui nous permet de bien vite s’échapper de toute cette misère humaine pour rejoindre nos pénates bien plus joyeux, en se sentant certainement bien plus socialiste qu’avant d’avoir vu ce film de propagande.

Camarades, toilez-vous bien!

PastequeMan
PastequeMan
3
Écrit par

il y a 8 ans

1 j'aime

1 commentaire

Deux jours, une nuit
Rawi
8

Critique de Deux jours, une nuit par Rawi

Deux jours et une nuit, c'est le temps dont dispose Sandra pour persuader seize de ses collègues de travail de renoncer à une prime juteuse afin qu'elle puisse garder son emploi. Première chose à...

Lire la critique

il y a 8 ans

73 j'aime

18

Deux jours, une nuit
Grard_Rocher
10

Critique de Deux jours, une nuit par Gérard_Rocher

C'est sans doute le week-end le plus redoutable et le plus décisif que va devoir vivre Sandra. A la suite d'une dépression nerveuse qui l'a tenue éloignée de son travail un certain temps, elle est...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

53

Deux jours, une nuit
mymp
3

Sandra Wimmer

Les frères Dardenne sont au cinéma social ce que le Saint Môret est au fromage à tartiner, ou ce que Pascal, le grand frère est à la philanthropie libérale chez TF1 : une sorte d’évidence. Sauf que...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

5

La Stratégie du choc
PastequeMan
1

Essai transfomé

J'ai pas mal hésité entre mettre un 1 ou un 10 à ce livre. Par respect intellectuel et peut-être pour être un peu plus lu, j'ai décidé de lui accorder sa véritable valeur : 1. J'ai lu ce livre après...

Lire la critique

il y a 10 ans

12 j'aime

7

Il était une fois en Amérique
PastequeMan
8

Critique de Il était une fois en Amérique par PastequeMan

M'enfermer dans un cinéma pour 3h49, ça ne m'était jamais arrivé... Voilà chose faite désormais, à l'occasion de la ressortie en salle dans la version remastérisée d'Il était une fois en...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

Elle s'appelait Sarah
PastequeMan
4

... et n'avait pas huit ans...

Non, je vous arrête tout de suite, il n'y a aucun rapport entre ce film et la chanson de Goldman. Encore que, elles s'appellent toutes deux Sarah et sont juives, mais ça s'arrête là. L'histoire...

Lire la critique

il y a 11 ans

7 j'aime