👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Mais alors brut, le diamant ! Depuis la sortie du premier film de Blomkamp, on m’a longtemps rebattu les oreilles sur ses qualités, de l’originalité de la forme à ses effets réussis, en passant par la portée universelle de son message. Reste que comme je n’avais nullement envie de le voir, ce genre de martelage demeurait le meilleur moyen de me faire fuir. Et je dois dire que quatre années durant, cela a fonctionné à merveille. Mais comme seuls les imbéciles ne changent pas d’avis (l’adage est faux cela dit, certains imbéciles changent d’avis quand même, et j’en suis la parfaite illustration), et vu que plus personne ne m’en parlait, j’ai pu laisser de côté mon vil esprit de contradiction, et franchir le pas, enfin.

BLOMKAMP D’BLOMSOIR !
M’exclamé-je alors que défilait devant moi une pellicule fort accrocheuse dont je n’attendais strictement rien pourtant. Le film nous embarque dans un pseudo-documentaire sur l’arrivée d’un énorme vaisseau qui va stationner pendant une vingtaine d’années au-dessus de Johannesbourg.

Visuellement, c’est plutôt bien fichu, le film est produit par Peter Jackson mais possède une identité différente des œuvres du papa de … "Braindead". Ce qui m’a épaté ici, tout comme ce fut le cas pour "Snowpiercer" dernièrement, c’est cette faculté que l’on retrouve chez certains réalisateurs, d’optimiser un budget et atteindre un niveau technique proprement ahurissant, n’ayant pas à rougir face à des productions de bien plus grande envergure. Le budget de "District 9" serait estimé à 30 millions de dollars (celui du film de Bong Joon-Ho à 40 millions), et j’ai bien à l’esprit quelques films récents ayant coûté 6 à 7 fois plus, qui ne présentent pas un univers d’une telle cohérence, et un rendu si "vrai". "Hats off" !

BLOMKAMP…DE CONCENTRATION
Suite à cette première partie façon reportage particulièrement immersive et bien orchestrée, "District 9" prend hélas peu à peu des allures de film d’action lambda sur fond de SF, avec un peu de gore et une vague tension, même si certains ressorts sont usés, rendant le tout assez prévisible. Blomkamp nous sert la chanson habituelle du genre, un refrain familier, seul le Copley nous est inconnu. Heureusement, à aucun moment Sharlto n’est stone, et il incarne donc un Wikus imparfait, mais plaisant à suivre.

Pour en revenir au pitch, donc, la population sud-africaine, lasse de subir cette présence étrangère imposée, finit par voter FN… oups, par être effrayée et révoltée pardon ! C’est alors que les autorités sont contraintes, par le biais de la MNU (Multi-National United), d’exproprier les "crevettes" (prawns en VO), pour les camper à une vingtaine de kilomètres de là, et ainsi prévenir tout débordement, la cohabitation avec les humains s’annonçant de plus en plus difficile. Et c’est là qu’intervient un des éléments qui m’a le plus déçu. En effet, démarrer si bien, avec un pitch qui aurait pu être développé sur des strates humaines, politiques, qui seront finalement à peine effleurées, et poursuivre sur un déferlement d’action, certes bien faite (avec moult influences vidéoludiques), aura soulevé nombre de questions. Questions qui resteront, pour notre plus grande frustration, sans réponse. Quel dommage. Quoiqu’il en soit, la nature humaine, impitoyable, hostile, telle que montrée par Blomkamp, fait froid dans le dos.

"In the Game of Prawns, you win or you die."
Gothic
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs films de science-fiction

il y a 8 ans

77 j'aime

39 commentaires

District 9
Gothic
7
District 9

Le Diamant du Neill

Mais alors brut, le diamant ! Depuis la sortie du premier film de Blomkamp, on m’a longtemps rebattu les oreilles sur ses qualités, de l’originalité de la forme à ses effets réussis, en passant par...

Lire la critique

il y a 8 ans

77 j'aime

39

District 9
ackboo
9
District 9

Blah blah blah...

N'écoutez pas les blasés, les cyniques, les snobs et les intellos rive gauche qui estiment que ce film n'est pas à la hauteur de leurs standards. On peut regarder District 9 avec le petit doigt en...

Lire la critique

il y a 12 ans

71 j'aime

22

District 9
Hypérion
7
District 9

Avec un thème pareil, pourquoi ne pas avoir produit une série ?

Disctrict 9, c'est un film de SF doté d'un pitch intriguant (des aliens ont débarqué il y a 28 ans et sont depuis parqués dans un bidonville, le fameux District 9, implanté dans les faubourgs de...

Lire la critique

il y a 9 ans

61 j'aime

9

Lucy
Gothic
2
Lucy

Tebé or not tebé

Nuit. Tisane terminée. Film terminé. Gothic ôte son casque à cornes pour s'essuyer la joue tant il pleure d’admiration. Nomé(nale) quant à elle s'empresse de fuir pour cacher ses larmes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

269 j'aime

53

Blade Runner
Gothic
10
Blade Runner

Le Discours d’un Roy

[SPOILERS/GACHAGE] Nombreux sont les spectateurs de "Blade Runner" à jamais marqués par le monologue final de Roy Batty, ce frisson ininterrompu le temps de quelques lignes prononcées par un Rutger...

Lire la critique

il y a 8 ans

256 j'aime

62

Bienvenue à Gattaca
Gothic
10

Ah ! Non ! C'est un peu court, génome !

A la suite d'un "accident", Jérôme est en fauteuil. Devenu "semi-homme" pense-t-il, ce mytho contrit ressent le besoin de s'évader, tandis qu'à Gattaca, Vincent est las de jouer les majordomes. Ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

235 j'aime

37