Dix verges entrent 2 : l' Indigestion

Avis sur Divergente 2 : L'Insurrection

Avatar real_folk_blues
Critique publiée par le

Comme j'avais critiqué le premier volet de cette formidable saga dystropiée (contraction de dystopie atrophiée), il m'a semblé moralement honnête, bien qu'intellectuellement douteux, de vous proposer d'en finir ici avec ce deuxième volet qui sera a priori le dernier pour moi parce que voyez vous comme on dit : jamais 3 avec un 2 pareil.

Et en plus y en aura pas un 3 mais un 3.5 puis un 4.0 l’année suivante, et du coup comment voulez vous filer des torgnoles à vos mioches qui ramènent des notes de merde en maths et français vu que maintenant les trilogies sortent en quatre films. Je vous le demande.

Pour le contexte, on se retrouve toujours en pleine société totalitarée divisée en factions auxquelles les gens appartiennent par déterminisme mais qu’en fait ils choisissent où ils vont pour plus de cohérence : les connards (audacieux), les trimards (fraternels) , les clochards (altruistes), les vicelards (érudits), et les trop tard (sincères, censés représenter la justice).

Jusque là on est rassuré, rien n’a changé.

Machine se coupe les cheveux pour jouer une mourante avec un problème d’humidité oculaire envahissante sur un autre film, Jai Courtney me rappelle qu’il faudra que je pense à enlever 3 points sur le prochain Terminator rien que pour sanctionner sa présence, et le ténébreux montre bien ses pores de façon contractuelle.

Et la théorie de la relativité restreinte m’envahit.

Sont-ce des scènes de guimauve néopostaporomantiques qu’émane cette profonde sensation d’immobilisme spatio-temporel, ou cela vient-il de ma station assise sur le siège ?

Autrement dit : se pourrait-il que la perception du temps induite par l’écran lors de ces scènes (distillées mécaniquement à la seconde près) s’en trouve plus dilatée que celle normalement résultante de mon immobilisme dans l’espace ?

(Réponse B : je me suis fait chié)

Sinon, évidement que je savais à quoi m’en tenir. Je vous vois venir avec vos contre arguments : j’ai vu le premier, je l’ai brûlé au bûcher, et en plus j’en redemande. Et vous avez raison. Mais je voudrais dénoncer ceci :

Au bout de deux films et tant d’épreuves (cette remarque ne s’applique pas aux personnages) on vous vomit ce postulat :

“ Kikoolol, membres de la société totalitarée. Il y a 200 ans, nous autres humains en proie au désespoir et aux guerres, nous vous avons répartis en 5 factions. Ainsi divisés, l’ordre était garanti. Entourés par des antennes téléphoniques vous vous étiez persuadés d’être les derniers survivants de l’humanité, et cette croyance a perdurée puisque c'est bien connu qu'au delà des réseaux de téléphone se trouve la frontière de toute civilisation. Mais saviez vous que depuis tout ce temps nous attendions logiquement que vous découvriez que pour garantir à l’humanité une solution de paix durable que vous n’étiez pas censés chercher activement pour nous il vous fallait trouver une personne capable de rassembler tout ce que nous avons cherché à diviser au sein de la société, c’est à dire la synthèse des différents tempéraments humains qui nous ont menés à la destruction auparavant ? En attendant que vous vous sortiez les doigts du cul, nous avons évidemment survécu 2 siècles sans trop nous mettre sur la gueule afin de pouvoir vous féliciter d’avoir réintroduit la notion de chaos par un mouvement anarchique dans le destin de l’humanité, parce que visiblement le totalitarisme ça avait l’air d’être compliqué à comprendre pour vous et on va donc pouvoir revivre ensemble comme avant trolilol. “

En même temps, sur l'affiche y a des gens qui se tirent des balles dans le pied alors...

(Et y en a même une qui le fait en contre sens, j'aurais dû me méfier.)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2511 fois
101 apprécient · 5 n'apprécient pas

real_folk_blues a ajouté ce film à 3 listes Divergente 2 : L'Insurrection

Autres actions de real_folk_blues Divergente 2 : L'Insurrection