👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un film à l'ambiance, à l'esthétisme et au rythme agréables.
Alors on regarde on apprécie le début mais il manque rapidement quelque chose.
Il manque tout ce qui aurait pu faire un grand film : un scénario et une cohérence des personnages qui fait qu'il ne nous reste pas juste des souvenirs fugitifs au bout d'une semaine.
Le scénario est hélas franchement médiocre, le film offre pourtant plein de pistes mais n'en exploite réellement aucune. La conduite lors des braquages ? Effleurée de très belle manière au début. L'aventure de pilote de course ? Oubliée, simple prétexte pour introduire la mafia locale pour pouvoir conclure le film plus tard (avec la traditionnelle et ridicule scène où les deux chefs mafieux sont incapables d'avoir la moindre conversation sans s' insulter à chaque phrase ( Ron Perlman est particulièrement lourd dans ce rôle)), le job de cascadeur ? Encore un prétexte pour l'utilisation future d'un masque en latex.

Bon bon bon pourquoi pas.

Alors tout d'un coup notre héros rompt avec ses habitudes.
Faut rappeler que c'est un mec super prudent, le Dexter de l'automobile, aucun sentiment, aucune connivence avec les gens qu'il conduit, il suit des règles très strictes et semble n'aimer que sa routine et conduire, un bon petit sociopathe des familles.
Justement il va peut-être vivre un truc qui le branche ( enfin on suppose vu son manque total d'expression) : conduire une voiture de course !
Et paf ! Alors que la vie va enfin lui sourire, ce mec décide que c'est le bon moment pour tout foutre en l'air connement.
Hop la jolie blonde, salut ça va ? Ah tu as un gamin ? Avec un mec qui est en taule pour braquage ? Il sort bientôt en plus... Hum laisse moi réfléchir, je suis bogoss, trop musclé, trop fort en baston, j'ai une super-caisse et de la thune avec mes 3 jobs et en plus je bosse dans le cinéma.
Où et comment pourrais je donc trouver une relation moins compliquée pour mon mode de vie ?

* intense réflexion*

Bon bon bon, c'est pas grave, je valide mon choix, et puis comme ça j'aurais l'air d'être un mec un peu torturé, probablement avec de vieux démons intérieurs qui me donnent ce petit côté dark qui plaira inévitablement, et puis surtout je suis convaincu que son mari comprendra très bien mon petit flirt avec sa femme.
Et effectivement, notre ex-taulard approuve et encourage la drôle de relation avec son voisin, le remerciant même pour son aide.
Sans déconner ? Vraiment la prison ça vous change un homme, bravo !
Bon quoi encore : Ah le mari qui me gène dans ma relation avec sa tendre épouse a des ennuis avec un gang à qui il doit du pognon, décidément question relation à embrouilles j'ai bien choisi ma nana moi.
Je dois être marqué par le destin...
Bref tout ça se fini dans le n'importe quoi le plus total niveau scénario et actions des personnages pour que notre notre héros puisse exprimer pleinement le côté bestial qui sommeille en lui et réaffirmer qu'il est bien un sociopathe ( belle séquence dans l'ascenseur au passage).
En vrac, notre papa braqueur qui sort en marchant du prêteur sur gage qu'il vient de dépouiller tout seul, sans prendre la peine de le neutraliser pour être bien sûr de se faire dessouder connement dans le dos.
Le patron du garage qui déconne complètement, puis attend la nuit pour prendre la fuite ( tout ce temps pour préparer une minuscule valise ??).
Bref j'en passe car ça me saoule un peu ces enchaînements de comportements idiots.
On n'a jamais l'impression que les personnages sont pris dans un engrenage implacable et fatal, juste qu'ils sont, soit très naïfs ( dans ce cas suivre la voie du crime était une erreur) soit très stupides, au mieux brusquement suicidaire et romantique comme notre cher ami inexpressif.

Au final, j'ai quand même pris du plaisir pendant le visionnage du film, il y avait un côté envoutant, agréable, reposant même, hormis la violence vers la fin.
Mais sincèrement le manque de profondeur fait que je finirais par oublier rapidement ce film.
aldosavage
4
Écrit par

il y a 10 ans

46 j'aime

4 commentaires

Drive
Knikov
2
Drive

J'ai du rater quelque chose

Non mais c'est une blague ? C'est quoi cette presse unanime ? ce prix de mise en scène ? On a vu le même film ? Alors certes, ce n'est pas MAL fait. Mais j'ai l'impression d'être a des kilomètres du...

Lire la critique

il y a 10 ans

250 j'aime

197

Drive
drélium
5
Drive

Dry

Une masse du public en extase, une presse dithyrambique, une moyenne SC indolente, un paquet d'éclaireurs divers et variés quasi unanimes en 8 et 9. Même le projectionniste avant la séance me sort un...

Lire la critique

il y a 10 ans

195 j'aime

85

Drive
GagReathle
8
Drive

You're driving me crazy

Lors de mon premier bout de chemin avec Drive, je n'avais pas été totalement satisfait du voyage. Malgré de sérieux arguments, il n'avait pas su me conduire au septième ciel. Pourtant, au départ,...

Lire la critique

il y a 8 ans

151 j'aime

32

La Forteresse cachée
aldosavage
10

Critique de La Forteresse cachée par aldosavage

J'ai encore le souffle coupée par la scène où Toshirō Mifune poursuit deux cavaliers sur un étalon, au galop de course, en brandissant son sabre avec ses deux mains... Pour le reste, ben, comment...

Lire la critique

il y a 9 ans

23 j'aime

5

L'Homme qui tua Liberty Valance
aldosavage
10

John Wayne, mon héros

L'homme qui tua Liberty Valance, c'est un des ces westerns qui pour moi atteint la perfection ( on ne va pas chipoter). On pourrait disserter sans fin sur le contenu de ce délicieux mille-feuilles,...

Lire la critique

il y a 9 ans

22 j'aime

3

L'Aigle de la neuvième légion
aldosavage
4

L'aigle qui était probablement un taureau

C'est mauvais et ceux ne sont pas quelques plans sympathiques de l' Écosse (et de la Hongrie) qui vont sauver ce film du naufrage. L'idée de départ, bien que fantaisiste, est intéressante avec cette...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

9