👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il doit probablement s'agir du signal de la reprise du cinéma français : le dernier Ozon pour ouvrir la saison déjà annoncée comme creuse et vidée de tous les blockbusters. Et ça fait du bien !

Il est assez évident que ce film est loin d'être le meilleur Ozon et clairement pas transcendant. Et pourtant, ça serait du gâchis de le juger à la volée.

Premier point : le casting. Un trio jeune, relativement inexpérimenté et qui détonne tant par la simplicité et le naturel de leur jeu. J'ai eu l'occasion de voir B.Voisin dans un précédent film passé inaperçu et je dois bien dire que j'apprécie vraiment son style. C'est juste et sincère. En figure paternelle, M.Poupaud est comme toujours excellent. Il est clairement l'un de mes acteurs favoris de sa génération.

Deuxième point : le cadre et l'ambiance. La plage et le soleil sont toujours des atouts pour raconter une histoire. Les années 80, moins mais rattrapé par la sobriété de la mise en scène. Sobriété encouragée par une durée relativement courte du film (du moins, ce fut mon impression même si le film a une durée standard).

L'histoire quant à elle est relativement convenue : un souvenir amoureux tragique qui force le héros à se remettre en question. Ou l'éternel besoin d'avancer à moins de rester bloqué. Pour autant, ce n'est pas complètement inintéressant de réfléchir à ce besoin de vivre, de dépasser les obstacles face à la vacuité de nos existences. En général, c'est quand je picole seul que ces pensées me viennent. Un film, c'est bien aussi.

Bref, film sympathique et très à propos pour ouvrir la saison ! Vive l'été, vive le cinéma !

BlackHornet
7
Écrit par

il y a 2 ans

3 j'aime

Été 85
WeSTiiX
4
Été 85

Gaspiller le temps, en croyant l'arrêter.

Été 85 a tout de la promesse trahie. Certains espéraient découvrir un Call Me By Your Name à la française, d’autres un thriller maritime aux allures de Plein Soleil. Le nouveau film de François Ozon...

Lire la critique

il y a 2 ans

82 j'aime

12

Été 85
AnneSchneider
8
Été 85

« Mourir d’aimer »

On devrait le savoir, à présent : François Ozon aime les jeux de faux-semblants, de fausses pistes. Puisant dans sa découverte adolescente et émue du livre d’Aidan Chambers, « La Danse du coucou » («...

Lire la critique

il y a 2 ans

57 j'aime

4

Été 85
Plume231
4
Été 85

J'irai danser sur ta tombe !

Ouh là là, François Ozon encore pris en flagrant délit d'intellectualisme à deux balles pour tenter de cacher un vide incommensurable causé par une médiocrité de traitement. Scène d'introduction,...

Lire la critique

il y a 1 an

38 j'aime

5

Venom
BlackHornet
3
Venom

Venom, le coach qu'il vous faut (pas)

Disons le tout de suite : inutile de se payer un abonnement Meetic et d'écumer les profils. Le plus simple est de s'offrir un symbiote. Le modèle Venom est joignable 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24...

Lire la critique

il y a 3 ans

15 j'aime

La Cravate
BlackHornet
7
La Cravate

- « Es ce que je suis un connard ? » Probablement pas…

Même si mes quelques amis antifa ne seront pas d’accord avec moi… Ces derniers jours, j’ai beaucoup hésité à aller voir ce film – documentaire. Enième diatribe contre les méchants du FN, ou...

Lire la critique

il y a 2 ans

13 j'aime

2

Burning
BlackHornet
5
Burning

Génie ou vide de sens ?

Telle est la question. Clairement, on a l'impression de regarder un travail inachevé. Comme si la réflexion se cassait la figure au milieu du film; le reste étant une nébuleuse anarchico-masturbative...

Lire la critique

il y a 3 ans

13 j'aime