👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Fahrenheit 451 représente l'essence de la SF à la grand-papa (voire à l'arrière-grand-papa). Imagination minimale pour une action qui se situe dans un futur si proche qu'on se croirait en 1966. Vous me direz "c'est pas tellement le propos" et vous aurez raison, mais quand même... Des téléphones à cornet ? Même le véhicule des pompiers semble sorti d'une édition 1930... Le Truffeau de la nouvelle vague réalise clairement un film de commande, en studio et avec des acteurs anglophones. En soi, ça ne devrait pas être un problème, mais l'action est à peu près au niveau des décors, aussi frénétique que dans l'Inspecteur Derrick. On se demande bien pourquoi, le film traîne en longueur sans enrichir le propos. Même le cheminement intérieur du personnage de Montag est mal maîtrisé. Il a fait le même job toute sa vie, détruire des livres, et suite à une discussion de 3 minutes il remet tout en cause...

Tout cela ne serait pas si dérangeant s'il n'y avait, pour en rajouter une couche, la performance catastrophique de Julie Christie, totalement absente. On a l'impression qu'elle est télécommandée, et en plus elle joue deux rôles, exactement de la même manière, en changeant juste de perruque alors que l'un des personnages est censé avoir 10 ans de moins que l'autre.

LA FIN, POUR M'EN SOUVENIR

Après s'être fait pincer pour avoir accumulé des livres, dénoncé auprès de ses collègues pompiers par sa propre femme, Montag rejoint les ZADistes du livre, qui s'appellent entre eux par les titres des livres qu'ils connaissent par cœur. Malheureusement, aucun n'a pris la peine d'apprendre "Baise-moi" de Virginie Despentes, donc l'ambiance est moyennement joyeuse.

Minostel
5
Écrit par

il y a 1 an

Fahrenheit 451
Behind_the_Mask
8

Des livres-nous du mal

La dystopie dans laquelle s'inscrit Fahrenheit 451 a de quoi horrifier l'ensemble de la communauté SC. Pensez donc : ici, les livres, on ne les lit pas. On les brûle. Sans autre forme de procès,...

Lire la critique

il y a 4 ans

17 j'aime

3

Fahrenheit 451
Hybu
9

Critique de Fahrenheit 451 par Hybu

Avant de l'avoir vu, j'avais eu d'assez mauvais échos sur ce film, déjà parce que généralement il ne plait pas aux fans de Truffaut, normal ça n'a rien à voir avec la nouvelle vague, pas d'Antoine...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

1

Fahrenheit 451
bidulle3
6

Critique de Fahrenheit 451 par bidulle3

C'est un film assez étrange. Farhenheit 451 ne ressemble à aucun autre long-métrage de son réalisateur, c'est une oeuvre intéressante, presque passionnante part moment, mais qui vieillit terriblement...

Lire la critique

il y a 9 ans

12 j'aime

1

La Party
Minostel
4
La Party

humour mal vieilli

Y'en a quelques-uns, comme ça... Ils ont une réputation longue comme le bras, sont devenus mythiques avec le temps, et ceux qui avaient 20 ans en 1970 vous en parle avec des étoiles dans les yeux et...

Lire la critique

il y a 11 ans

21 j'aime

8

La Classe américaine
Minostel
5

pas bon, mais culte !?

C'est comme ça : les flims cultes ne sont pas toujours des bons flims, et les exemples ne manquent pas. Bien sûr que certaines répliques sont hilarantes, bien sûr que certaines scènes seront à...

Lire la critique

il y a 11 ans

17 j'aime

2

Jeanne d'Arc
Minostel
2
Jeanne d'Arc

Critique de Jeanne d'Arc par Minostel

Comment repérer un mauvais film ? C'est celui où des protagonistes montés sur un chariot roulent au milieu d'un champ de blé battu par les vents. Oui, parce qu'au moyen-âge, il y a avait tellement de...

Lire la critique

il y a 11 ans

14 j'aime

6