Bande-annonce
Affiche Fenêtre sur cour

Fenêtre sur cour

(1954)

Rear Window

12345678910
Quand ?
8.2
  1. 19
  2. 21
  3. 37
  4. 85
  5. 298
  6. 1110
  7. 4348
  8. 8127
  9. 5237
  10. 2124
  • 21K
  • 1.8K
  • 4.6K

A cause d'une jambe cassée, le reporter-photographe L. B. Jeffries est contraint de rester chez lui dans un fauteuil roulant. Homme d'action et amateur d'aventure, il s'aperçoit qu'il peut tirer parti de son immobilité forcée en étudiant le comportement des habitants de l'immeuble qu'il occupe...

Casting : acteurs principauxFenêtre sur cour

Casting complet du film Fenêtre sur cour
Match des critiques
les meilleurs avis
Fenêtre sur cour
VS
Avatar real_folk_blues
7
Microcosm Windows

On va pas encore ressasser le fait que Rear Window est un film de voyeur mis en scène par un voyeur mettant en scène un voyeur —photographe de surcroit, presque un pléonasme— par ce que ça va, hein, tout le monde il a compris. Moi ce qui m’a plu, en dehors du minois intemporel de Grace Kelly, c’est cette façon très pertinente, et j’allais dire assez visionnaire, qu’a Hitchock de pointer l’isolement de l’individu moderne enfermé en microcosmes voisins, avec fenêtres ouvertes (notez le double...

102 17
Ennuyeux, verbeux, artificiel

Si j’exclue le remarquable Psychose, mené de main de maître grâce à une intrigue à la fois simple et efficace, mes rencontres avec le nom révéré par beaucoup d’Alfred Hitchcock sont placées sous le signe d’une incompréhension majuscule (ce qui, soit dit en passant, ne doit pas le déranger beaucoup, s’il me considère de Là-Haut). J’ai essayé déjà L’inconnu du Nord Express et Le crime était presque parfait. Devant ma déception, à chaque fois, les thuriféraires du... Lire la critique de Fenêtre sur cour

16 7
Critiques : avis d'internautes (155)
Fenêtre sur cour
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Photo obsession

Aujourd'hui encore, Rear Window reste l'une des oeuvres les plus célèbres d'Alfred Hitchcock, voire même de l'histoire du cinéma et ce n'est pas pour rien. Le maître du suspense réalise un véritable tour de force et nous enferme dans un appartement donnant sur une cour ouverte, au côté de James Stewart pour d'abord passer le temps puis observer les activités plus ou moins douteuses... Lire l'avis à propos de Fenêtre sur cour

49 7
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·
Le cinéma selon Hitchcock: le spectateur

Hitchcock, non content d’exceller dans l’art de raconter une histoire de manière passionnante, se plaît également à faire apparaitre subtilement au spectateur un niveau de récit supplémentaire à cette histoire. Les mises en abyme, les clés de lecture et les métaphores introduites par le réalisateur manifestent, au-delà du récit lui-même, qu’il est bien en train de nous... Lire l'avis à propos de Fenêtre sur cour

35 41
Avatar PamphileRobert
10
PamphileRobert ·
Critique de Fenêtre sur cour par Alligator

Pour moi, le cinéma est entier, tout rond, tout carré dans ce film. Je l'ai vu mille fois, partout, sur VHS, à la télé, en dvd, en grande salle de ciné, dans un vieux cinéma du centre de Bordeaux et qui n'existe plus, en face du Français, lors de la ressortie des chefs-d'œuvre d'Alfred Hitchcock dans les années 1980 et même au ciné-club du collège Cassignol, toujours dans mon Bordeaux... Lire la critique de Fenêtre sur cour

5
Avatar Alligator
10
Alligator ·
Découverte
And your love life ?

Rear Window, une des très grandes pellicules d'Alfred Hitchcok, personnellement ma préférée, où le maître du suspens parvient dans une maestria de mise en scène à faire du spectateur un voyeur fouineur aussi impudique et impertinent que James Stewart. Il faut dire que vissé à sa chaise roulante, la patte folle et l'ennui profond, il n'a que ça à faire, James Stewart. Regarder... Lire la critique de Fenêtre sur cour

92 17
Avatar Hypérion
10
Hypérion ·
Le vice du voyeur

Mon Hitchcock préféré. Je l'adore car il explore l'un de nos plus gros vice: le voyeurisme! Le fait qu'au milieu du film, nos deux héros se rendent compte qu'ils ont peut être tort, et qu'après tout cet homme est peut être innocent, et qu'ils ne peuvent s'empêcher d'être déçus, montre bien le paradoxe de la situation. Ils sont déçus qu'elle ne soit pas morte, déçus d'avoir tort, et c'est un des... Lire la critique de Fenêtre sur cour

42
Avatar Melly
10
Melly ·
Toutes les critiques du film Fenêtre sur cour (155)
Bande-annonce
Fenêtre sur cour
Vous pourriez également aimer...