Cinématique de jeu vidéo : le film !

Avis sur Final Fantasy VII: Advent Children

Avatar Mad Dog
Critique publiée par le

Je tirais une tronche de dix pieds de long après avoir vu ce ... heu... truc. Ayant bien aimé ce film ma copine avait décidé de me l'offrir et du coup, on s'est regardés le DVD.

Cette précision, est utile pour expliquer l'erreur que je n'aurais pas faite en temps normal : NE JAMAIS MATER UN FILM QUI EST LA SUITE D'UN JEU AUQUEL JE N'AI PAS JOUÉ ! En effet, je n'ai jamais joué à FF VII et si ça n'est pas l'envie qui manque, faute de temps ou parce que je suis occupé à jouer à d'autres jeux, je ne l'ai pas fait.

Du coup, en plus de me spoiler une grande partie du jeu, je suis passé complètement à côté des personnages. Certes, je savais qui était Cloud, Tifa, Sephiroth et j'étais capable de comprendre qu'Aerith c'est la nana morte qu'on voit tout au long du film (ça fait TRES longtemps qu'on m'avait spoilé la mort de ce personnage...) mais pour le reste : impossible de savoir si untel et un ancien perso ou un personnage inventé pour le film et je suppose que comme dans tous les FF, ceux-ci avaient vécus ensemble de difficiles aventures avant de se retrouver face à un méchant badass qui se révèle être l'avatar d'une entité divine ou surpuissante.

Bref, tout en essayant de suivre le scénario (qui, s'il n'est pas complexe du tout, reste un peu déroutant pour un novice) j'avais l'impression de voir des scènes de cinématiques d'un jeu jamais sorti qu'on auraient mises bout à bout.

Je vous explique : les cinématiques de jeux vidéos, notamment durant l'époque de la PS1 / PS2, étaient les moments "forts" des jeux : durant de trente seconde à quelques minutes, elles permettaient de faire avancer l'intrigue mais aussi de récompenser le joueur après un combat difficile ou un passage ardu. C'était ce moment où il ne fallait pas cligner de l'oeil et où les programmateurs en mettaient plein la vue ou faisaient rêver le joueur. Comme les fichiers vidéos prenaient pas mal de place, ces scènes étaient les plus courtes possibles avec un montage limite épileptique pour les scènes de baston. Et comme il fallait qu'elles soient "belles" et "divertissantes" ils n'hésitaient pas à faire des travellings ou à multiplier les champs ou les effets même dans une scène de discussion banale entre deux personnages.

Le problème, c'est que le même type de réalisation qui est utilisé dans les cinématiques sauf qu'ici, c'est étiré sur une heure et demi. (Chose qui m'a été confirmé par wikipédia : il s'agissait au départ d'une démo technique de dix minutes qui a été remodelée pour en faire un film.) C'est limite si je ne m'inventais pas des scènes de gameplays entre les scènes du films (et je crois qu'on pourrait limite en insérer, notamment sur chaque déplacement d'un lieu à un autre..) Et si ça fonctionne bien pour des scénettes entre des phases de jeux, ici, ça ne marche plus du tout : le montage fait mal à la tête et manque de lisibilité, le monde ne nous est jamais expliqué et on a du mal à comprendre le déplacement des personnages d'un lieu à l'autre et comme le film fait aussi caca sur les lois de la gravité ça part dans tous les sens Pour vous dire à quel point c'est bordélique : A certains moment je ne savais même plus si les personnages étaient à l'horizontale ou à la verticale. Faut le faire.

Alors, certes, c'est beau. C'EST BEAU ! Putain, c'est beau. Et la B.O. est loin d'être dégueux.

Mais le tout est baigné dans une réalisation incompréhensible et un scénario qui n'est QUE basé sur le fan-service, ce qui explique ce climax tout pourri de fin de film basé sur la réapparition de Sephiroth.... et sa disparition juste après une scène de baston. Ca explique aussi les réapparitions incessantes d'Aerith sous forme de fantôme. Mais comme le scénario ne souhaite pas aller plus loin que son matériel d'origine ou aborder de nouvelles choses, les enjeux restent franchement limités et à 10 minutes de la fin du film, j'ai poussé un "quoi, déjà ?"

Bref. Si vous êtes fan du VII la pillule doit mieux passer. Si vous aimez avaler de belles images de synthèses les unes après les autres, aussi. Moi je n'ai jamais à aucun moment réussi à rentrer dedans.

PS : Ultime chose dérangeante : le nom du personnage. En japonais, "Cloud" ça ressemble quand même vachement à la prononciation française de "clodo" et du coup, j'ai pouffé de rire devant les remarques du style "Clodo revient à la maison." Désolé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 359 fois
1 apprécie

Autres actions de Mad Dog Final Fantasy VII: Advent Children