Avis sur

Go Fast par L'Homme Qui Lit

Avatar L'Homme Qui Lit
Critique publiée par le

Les films sur les flics, en France, c'est comme les séries : on les collectionne. Pourtant, on sait que le filon du gangster contre le bras armé de la justice n'est pas tari, et c'est dans une criminalité française d'aujourd'hui que s'inscrit Go Fast, l'un des films d'action tricolore (européen surtout) des plus ambitieux -et surtout des plus réussis- de ces dernières années.

Alors qu'il planque aux écoutes dans une cité chaude de la banlieue parisienne, Marek (Roschdy Zem) assiste impuissant au meurtre de ses collègues -dont son meilleur ami- par le caïd du quartier, alors que l'équipe s'était installée pour faire tomber un trafic organisé de stupéfiant. Les suspects sont rapidement appréhendés, mais relâchés aussi vite faute de preuve.

Marek est alors muté dans un autre service, qui travaille avec les forces de police d'autres pays pour des missions d'infiltration, notamment dans les réseaux de trafiquant. Après un passage musclé dans les mains du RAID qui le forme en quelques semaines à devenir un super-flic, il est lâché dans la nature, attendant qu'un job lui soit proposé.

Très vite, il infiltre un réseau et part sur un go fast, une technique qui porte bien son nom puisqu'elle consiste à faire remonter le plus vite possible un bateau puis une voiture chargée de stupéfiants du Maros à la France en passant par l'Espagne. Evidemment, l'imprévu s'en mèle, et quand les dealers ayant assassiné son meilleur ami font leur apparition, Marek n'est plus vraiment certain d'avoir le contrôle de la situation.

Sans avoir l'envergure d'un blockbuster, Go Fast peut jouer sans difficulté dans la cour des très bons films français, de ceux qu'on est fier d'exporter à l'étranger. Lancé à 200 km/h sur l'asphalte des autoroutes d'Espagne et de la France, Roschdy Zem nous embarque dans un action movie mouvementé et sans répit, où le spectateur assis sans ceinture ressent l'adrénaline couler à flot dans ses veines. Dans un genre nouveau pour lui, Olivier Van Hoofstadt (Dikkenek) réalise un film au style maîtrisé et au casting bien pensé ; ayant même réussi à s'octroyer les conseils d'ex-trafiquants et de flics en exercice pour le côté crédibilité. Pari réussi : on est cloué au fond du siège pendant 1h30, et on en redemanderait presque !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 329 fois
1 apprécie

Autres actions de L'Homme Qui Lit Go Fast