👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le vent se lève par L'Homme Qui Lit

Le film commence par une séquence forte. On assiste, impassibles, à la mort d'un jeune homme de 17 ans, mort sous coups des soldats de la couronne pour avoir refusé de décliner son identité en anglais. Tout étant suggéré, la douleur est encore plus vive.

Nous sommes ensuite entraînés pendant une heure trente dans une lutte d'opposition, l'opprimé mettant en place des actions de résistance contre l'opprimeur. Naît alors l'IRA, qui comme tout mouvement de résistance embrigade en son sein les locaux ne prêtant pas allégance au nouveau régime, la plupart du temps issus des rangs populaires. On y voit ainsi de jeunes adultes d'a peine 18 ans, tenir un fusil, et tirer sur cet ennemi qui leur ressemble tant.

Comme dans tous les films dénoncant une injustice, Le vent se lève fait mal. On a envie de haïr les anglais pour ce qu'ils font subir aux irlandais, on a envie de s'engager, de les soutenirs. On se sent emportés par la vindicte historique du film, jusqu'a ce terrible moment de la trêve, clivant l'IRA en deux camps très distincts, avec la césure des nationalistes.

Ken Loach pointe du doigt, et le fait bien, à la fin de son film. L'ennemi d'hier est devenu l'ami d'aujourd'hui, et les anciens maquisards deviennent à leur tour ces troupes assurant le bon ordre local, investissant les anciens QG britanniques, allant même jusqu'a séquestrer leurs anciens frères d'armes dans les geoles où ils étaient captifs sous l'occupation britannique. Cet instant m'a rappellé avec beaucoup de véracité l'oeuvre d'Orwell, qui explique que les classes ont toujours besoin d'un opprimé pour dominer et avoir du pouvoir, quitte à ce que ce soit leur propre frère.

Un film déchirant, beau (et pas que pour les plaines d'Irlande), et qui mérite amplement ses lauriers.
HQL
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Inspiré de faits réels...

il y a 11 ans

25 j'aime

Le vent se lève
Gothic
8

Belfast & Furious

“The Wind That Shakes the Barley” met en scène Damien, fraîchement diplômé de médecine, sur le départ pour un grand hôpital londonien, qui va changer d’avis suite à un incident qui mettra en exergue...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

18

Le vent se lève
HQL
8

Critique de Le vent se lève par L'Homme Qui Lit

Le film commence par une séquence forte. On assiste, impassibles, à la mort d'un jeune homme de 17 ans, mort sous coups des soldats de la couronne pour avoir refusé de décliner son identité en...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

Le vent se lève
WeSTiiX
7

Donovan's Reuf

Le Vent se lève s’ouvre sur des jeunes qui jouent au hurling en se criant dessus. Ces mêmes jeunes qui, quelques instants plus tard, tiendront leurs crosses comme des fusils pour s’entraîner au tir...

Lire la critique

il y a 2 ans

25 j'aime

2

Le Secret de Brokeback Mountain
HQL
9

Critique de Le Secret de Brokeback Mountain par L'Homme Qui Lit

Ah, qu'il m'en aura fait verser des larmes, ce film. Il en a fait également couler, de l'encre, lors de sa sortie. Film gay ? Pas vraiment. Le secret de Brokeback Mountain fait parti de ces films qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

2

Le Livre des Baltimore
HQL
10

Critique de Le Livre des Baltimore par L'Homme Qui Lit

Publié sur L'homme qui lit : L’ébulition de la rentrée littéraire retombe à peine sur les très ennuyeux prix littéraires, que la sphère culturelle s’agite de nouveau, et qu’un seul nom revient sur...

Lire la critique

il y a 6 ans

27 j'aime

1

Le vent se lève
HQL
8

Critique de Le vent se lève par L'Homme Qui Lit

Le film commence par une séquence forte. On assiste, impassibles, à la mort d'un jeune homme de 17 ans, mort sous coups des soldats de la couronne pour avoir refusé de décliner son identité en...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime