👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Cinq ans après un 1er opus en demi-teinte, le plus célèbre des monstres effectue son grand retour dans cette suite riche en effets spéciaux et combats titanesques.
A en juger par le résultat final, on se dit que la Warner a effectivement écouté les principaux reproches adressés au film précédent, à savoir trop de psychologie et pas assez d'action. Alors que justement, le "Godzilla" de 2014 se singularisait par son esthétique assez travaillée et aussi par son envie de se focaliser d'avantage sur les humains plutôt que sur les combats entre monstres. Le problème étant que ce parti pris pourtant audacieux était trop poussé à l'extrême, au point que le fameux Godzilla n'apparaissait (dans son entièreté) que pendant 15-20 minutes sur 2h de film, ce qui, il faut bien le dire, constitue quand même un souci dans un "film de monstres".

Cette suite, aisément sous-titrée à juste titre "King of the monsters", fait justement le contraire. Un peu à la manière d'un James Cameron sur "AlienS", le réalisateur Michael Dougherty nous montre tout, aussi bien les monstres sous toutes leurs formes qu'à travers leurs combats titanesques filmés tels des combats de gladiateurs.
En matière de grand spectacle, "Godzilla 2" envoie du lourd, certes; de manière pas toujours très fine, mais efficace et haletante, réussissant même à iconiser à plusieurs reprises le roi des monstres. Ainsi, en un peu plus de 2h de film, nous assistons à un affrontement dantesque entre plusieurs créatures mutantes comme on en a rarement vu auparavant, le tout filmé sur des décors de fin du monde très bien représentés (ciel littéralement en feu, mer déchaînée).

Malheureusement, prendre le contre-pied de son prédécesseur en se focalisant d'avantage sur l'action pure plutôt que sur le reste ne suffit pas à redresser la barre. En fin de compte, en terme de psychologie des personnages, cette suite présente les mêmes problèmes que son grand frère en nous proposant des humains toujours aussi stéréotypés : père de famille déprimé et alcoolique ayant abandonné sa famille suite à la mort de son fils, mère scientifique faisant passer son amour des monstres avant le reste du monde, scientifiques qui passent pour des illuminés...
De fait, en nous donnant à voir de telles figures narratives relevant du déjà-vu et du sur-exploité, on peine clairement à s'identifier à elles.

De même, le ton général du film, partagé entre 1er et second degré, n'est pas toujours facile à saisir. Avec son scénario truffé de dialogues scientifiques sur fond de radiations et d'écologie, on a parfois l'impression qu'il cherche à faire "compliqué pour faire compliquer", à croire que désormais, un Blockbuster américain se sente obligé de se la jouer un minimum "intello". En soi, ce n'est pas un mal, mais encore faut-il que cela soit fait avec parcimonie. Les touches d'humour qui viennent systématiquement désamorcer les discours pseudo-scientifiques paraissent trop automatiques pour être vrais. Le film semble avoir du mal à trouver un juste milieu, entre pur sérieux et second degré.

En somme, en dépit de défauts évidents, "Godzilla 2 : King of the monsters" n'en demeure pas moins un sacré spectacle, rempli de morceaux de bravoure pour la plupart assez bien fichus qui ravira les amateurs de "films de monstres" mais qui devrait laisser sur la touche tous les autres qui avaient apprécié le côté plus psychologique (mais aussi inégal) du 1er opus.

il y a 3 ans

1 j'aime

Godzilla II : Roi des monstres
Behind_the_Mask
5

Monstres et Compagnie... Surtout compagnie.

Alors que le projet Godzilla versus Kong est d'ores et déjà annoncé, il faudrait peut être voir d'abord ce que donne ce Godzilla II : Roi des Monstres, vous ne croyez pas ? Les a priori étaient...

Lire la critique

il y a 3 ans

57 j'aime

13

Godzilla II : Roi des monstres
gruute
4

Le chef op' en pause déj'

Après un Godzilla timorée du sympathique Gareth Edwards et un Skull Island plutôt bien emballé mais con toutes les 10mn, le MonsterVerse continue avec ce volet se déroulant 5 ans après les événement...

Lire la critique

il y a 3 ans

33 j'aime

18

Godzilla II : Roi des monstres
Cygurd
2

L'indigeste régicide

En 2014, Godzilla de Gareth Edwards lavait l’affront de 1998 signé Roland Emmerich et démontrait que le cinéma américain était capable de s’approprier avec respect l’un (si ce n’est le) plus grand...

Lire la critique

il y a 3 ans

30 j'aime

3

Paterson
f_bruwier_hotmail_be
10
Paterson

L'homme tranquille

Jim Jarmush. Un nom. Celui d'un cinéaste. Où, pour le dire tout simplement, d'un auteur de cinéma. Soit un réalisateur américain qui, en déjà 35 ans de carrière, aura réussi à conserver son...

Lire la critique

il y a 5 ans

9 j'aime

2

Frantz
f_bruwier_hotmail_be
8
Frantz

A chacun sa guerre...

Cinéaste français prolifique de grand talent, François Ozon revient cette année avec un film atypique, comme il aime à en faire. Un mélodrame franco-allemand, tourné à la fois en langue française et...

Lire la critique

il y a 5 ans

9 j'aime

Batman
f_bruwier_hotmail_be
8
Batman

Et Burton (re)créa Batman !

Presque 30 ans après sa sortie en salles, ce (désormais) classique du film de super-héros (voir du cinéma tout court) demeure encore et toujours du grand art. A l'époque vendue comme la production...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime