La séance où j'ai rencontré FeedMe.

Avis sur Gravity

Avatar Kenshin
Critique publiée par le

Gravity, j'étais presque arrivé à me dire, je le verrais si je le vois, car lorsque j'avais proposé une séance entre gens du sud est, seule FeedMe semblait intéressée.
Ne voilà t il pas que Guyness relance l'affaire avec une avant première qui va bien, parce que forcement, j'vais pouvoir le voir avant mon pote qui ne le verra que ce soir. Je suis vicieux, je sais.
Donc cette avant première a eu plus de succès que ma proposition, ça doit être les beaux yeux bleus de Guyness surement.
Même Amory s'était risqué à venir à une séance avec des vieux, mais au final, non. Dommage, on t'aurais bien gâché le film.
Si on en croit la moyenne, c'est le truc ultime, de la décennie, du siècle. Avec une trois d comme tu en rêvais.
Sauf que passé le travail numérique qui force le respect, Gravity c'est le vide intersidéral.

Tu te rends pas compte, c'est un film de science fiction réaliste, et puis que d'émotions, j'ai vu l'espace depuis mon fauteuil, et des aurores boréales sur la Terre, mais tu es un connard sans coeur, tu te rends pas compte cette femme, sa peine, son deuil, sa joie, son apprentissage du russe en express, ses mollets, son shorty noir sans fesses dedans....
Kenshin, t'es un connard. Tu dois faire partie des 90% du site, c'est pas possible autrement.

Non mais tu t'es vu avec ta note qui pète le plafond, qui dépasse les envies de moqueries les plus folle. Tu valides donc un film qui ne cesse de créer des problèmes à son héroïne, juste pour te faire croire qu'elle ne va peut être pas s'en sortir. Quoi c'est vrai, se diriger dans l'espace avec un extincteur, bah c'est pas donné à tout le monde. Puis t'as entendu cette musique, subtile, par-faite.
Allez vas y valide encore, valide, valide.
Et ce final, jusqu'au bout, jusqu'au bout le scénariste a souhaité la faire chier.
Mais, ô frustration, ô happy end, elle n'a même pas la décence de mourir.
Franchement, elle serait morte, j'aurai mis la moyenne, pour récompenser le reste. Le reste, c'est à dire finalement du numérique, du vent, des pixels, le beau certes mais émulé.

Avec un extincteur, putain!

Cela dit, j'ai rencontré FeedMe qui est une femme charmante, au moins agréable quand elle ne fume pas en terrasse alors que c'est interdit, qui n'aime pas la bière qui a du goût, qui a dit du mal de mon t shirt eckô sous prétexte qu'il brille un peu. FeedMe qui est la preuve que la trois d était bien foutue dans ce film. Pour ma part, je trouve cette technologie toujours aussi inutile.
FeedMe qui nous a gardé des places de choix, parce que Guyness arrive toujours sur le fil du rasoir.
Cela prouve une chose cher abonné, chère abonnée, voir un film de merde en étant bien accompagné, c'est toujours plus fun que voir un chef d'oeuvre en solo.
Le rire, la bonne humeur, c'est très important.
Nous n'avons pas eu le temps de bavarder longuement mais, merde cette sud-est connexion ça commence à me plaire!
Faut s'faire une bouffe, maintenant.

xoxo.

Post ramdam autour de nos critiques négatives, post papotage sous des critiques positives :

Si ce film est la quintessence qu'une forme de cinéma c'est le cinéma du vide, du beau factice, du rien. De la prouesse technique et après? Réveillons nous, le cinéma c'est autre chose que simplement ça.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3474 fois
95 apprécient · 67 n'apprécient pas

Kenshin a ajouté ce film à 4 listes Gravity

Autres actions de Kenshin Gravity