Advertisement

On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres...

Avis sur Harry Potter et le Prince de sang-mêlé

Avatar Casse Bonbon
Critique publiée par le

David Yates refait des merveilles avec ce deuxième film de l’univers d’Harry Potter qu’il réalise, malgré une initiative maladroite (dont je parlerais plus bas). « Le Prince de Sang mêlé » est donc le sixième film de la saga, et ce n’est pas le plus simple à adapter au cinéma, car le récit et l’intrigue se concentrent sur le passé de Voldemort, il y a peu d’action, et il s’agit surtout de mettre en place le dénouement de la prochaine et dernière histoire. Je sais que le public est nombreux à avoir été déçue par le film, à cause notamment du manque d’action, en ce qui me concerne, je trouve cela cohérent, et l’idée de Rowling de calmer un peu le jeu était judicieuse, Harry Potter ne pouvait tout de même pas échapper à la mort et combattre Voldemort chaque année scolaire… Le film est donc orienté vers les révélations, et les découvertes, et n’aura d’intérêt que pour ceux qui ont vu tous les films de la saga (et qui compte regarder la suite bien sûr).

De ce fait, les changements semblaient inévitables, blockbuster oblige, il fallait bien sûr ajouter de l’action (à mon grand désarroi), et faire le tri dans les flash-back, pour ne pas que ça ennuie le public. Alors le film est quelque peu différent du livre (comme toujours), voici les passages qui m’ont interpellé.

Le livre débute par la rencontre entre Rufus Scrimgeour (le nouveau ministre de la magie) et le Premier ministre des moldus, à propos de l’ascension de Voldemort. Cette scène est absente du film.

Un grand nombre de personnages disparaissent du casting, et par conséquent les scènes les impliquant : le professeur de divination Trelawney, Kreattur et Dobby, les elfes de maisons, les fantômes de Poudlard, et une fois de plus, la famille Dursley.

Il n’est pas non plus question du testament de Sirius Black dans le film (dans le livre le parrain d’Harry lui lègue le Square Grimmaud).

Bill Weasley et Fleur Delacour sont en couple, mais n’apparaissent pas dans le film. Dans le roman Bill subit une attaque de mangemorts. Lupin et Tonks sont également en couple et le film peine à nous le faire comprendre.

Le passé de Voldemort que découvre Harry par le biais de la pensine a été amputé d’un passage dans le film. Ainsi, nous ne découvrons pas l’histoire des parents et de la famille de Voldemort, des gens pitoyables et horribles.

Plus embêtants, dans le film les amis d’Harry ne semblent pas tout à fait préoccupés par le manuel de potion du prince de Sang mêlé que possède Harry. Dans le livre, Hermione et Ginny imaginent qu’il pourrait s’agir d’un objet maléfique, comme cela était le cas avec le journal de Jedusor (dans « la chambre des secrets »). L’intrigue est grandement minimisée (mais on peut en comprendre les raisons, puisque finalement l’objet n’a que très peu d’impact sur le dénouement de l'histoire).

Le changement le plus étrange est celui de l’attaque des Mangemorts au terrier pendant la fête de Noël. Les serviteurs de Voldemort se contentent d’intervenir pour détruire la maison des Weasley, puis repartent (c’est un peu léger tout de même et on ne comprend pas vraiment le but de leur intervention, si ce n’est d’apporter l’action qui manquait à l’histoire). Dans le livre les fêtes sont interrompues par la visite du ministre de la magie, et son secrétaire Percy Weasley, qui est en froid avec sa famille pour avoir soutenu le ministère dans ces heures les plus sombres, tout simplement.

Les jeunes sorciers sont également censés prendre des cours de transplanage. Dommage que cela soit absent du film.

Les Mangemorts intègrent Poudlard à la fin du film, une ellipse les amène directement au sommet de la tour d’astronomie. Mais dans le roman, les élèves défendent leur école contre cette attaque. On aurait préféré que cette scène soit conservée, plutôt que d’inventer le passage de l’attaque du Terrier.

Voilà pour les changements, je vais passer pour un puriste, mais encore une fois, j’estime que le passage de l’attaque du terrier est une erreur grossière. Elle tend à prouver que les Mangemorts agissent sans but, alors que dans le roman ils répondent aux consignes de Voldemort, qui déroule des plans bien définis. Pour cela je retire une étoile à ma note (car Yates n'aurait pas du succomber à l'appel de l'action et préserver l'ambiance générale de calme avant la tempête que décrit le livre).

Je tiens à dire que le film est tout de même exceptionnel. L’ambiance est superbement sombre, le dénouement est un pic d’émotion jamais atteint, tous films de la saga confondus.

Les acteurs sont très bon comme toujours, exceptés bien sur Daniel Radcliffe (Harry Potter), qui dénote une fois de plus, mais qui semble sur la bonne voie. Et Tom Felton (Drago Malefoy, qui prend de la consistance dans ce film, mais qui après Radcliffe est le deuxième acteur le plus mauvais, selon moi. Sa performance n'est pas désastreuse pour autant, mais on aurait préféré un peu plus de sobriété. Michael Gambon (Dumbledore) est la vraie star de ce film, plus présent à l’écran, il nous montre toute l’ampleur de son talent. Alan Rickman (Rogue), nous offre le plus beau rebondissement de la saga, l’acteur est incroyable, il donne tout le piquant de la série cinématographique, et je pèse mes mots. Jim Broadbent (Horace Slughorn) est le nouveau professeur des potions de Poudlard (Rogue s’occupant désormais de la matière de Défense contre les Forces du mal). L’acteur est très convaincant, et c’est une fois encore, un très bon choix de casting. Helena Bonham Carter (Bellatrix Lestrange) est aussi une immense actrice, on connait sa grande carrière. On l'a découvert dans le film précédent, mais j'en parle ici. Elle est l’archétype de la sorcière, et ça fait du bien à voir.

La musique tient une grande place dans ce film, et elle est sublime. Le secteur est dirigé par Nicholas Hooper, qui signe pour moi la plus belle bande-son de la saga. Il faut dire que le film accorde beaucoup plus de place à la musique que dans les films précédents, ou tout va très vite. Ici, il peut nous arriver de tendre l’oreille et de nous attarder sur les mélodies merveilleuses. Une vraie réussite et une belle harmonie.

Je dois dire que le film aurait pu être un de mes préférés si David Yates ne s’était pas laissé aller à une initiative malheureuse et n’avait pas succombé à des schémas établis (je veux parler de la scène d’actions inutile, bien sûr). Cela n’enlève rien à son talent et le film n'en reste pas moins trés trés bon.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 61 fois
1 apprécie

Casse Bonbon a ajouté ce film à 1 liste Harry Potter et le Prince de sang-mêlé

  • Films
    Affiche Into the Wild

    Top 10 Films

    Top 10: 1 - Into the Wild 2 - La Belle et la Bête 3 - Mary Poppins 4 - Trilogie Le Seigneur des Anneaux 5 - Trilogie Le...

Autres actions de Casse Bonbon Harry Potter et le Prince de sang-mêlé