Le film vu in my eyes :) "ce que j'aime le plus en moi... c'est toi"

Avis sur In Your Eyes

Avatar sride
Critique publiée par le

Un joli coup médiatique que la sortie de ce film... bon il faut dire que le bonhomme n'est pas inconnu (ça aide un peu !) : Joss Whedon est surtout connu pour ses séries TV cultes comme "Buffy contre les vampires", "Firefly", "Dollhouse", et plus récemment pour le blockbuster des studios Marvel "The Avengers" et sa future séquelle. Ici il n'est pas à la réalisation mais à l'écriture et comme producteur exécutif, ce qui imprime plutôt bien sa patte dans le film.

À vrai dire vu le thème je m'attendais à plus de fantastique et moins de romance. Il faut dire que Joss a bien géré le coup en mettant à disposition les 3 premières minutes du film qui mettent tout de suite dans l'ambiance. Au niveau de la construction du récit ça reste agréable mais très classique : deux enfants qui découvrent leur pouvoir à l'âge adulte. Au début ils trouvent ça cool et excitant puis finissent par se rendre compte que ça peut aussi être dangereux pour eux. Je trouve d'ailleurs que le film n'insiste pas assez sur ce point, et on passe trop vite de l'âge enfant à l'âge adulte ce qui fait que je n'ai pas tout de suite bien visualisé les personnages adultes. Il aurait sans doute fallu un petit quart d'heure supplémentaire à ce film pour poser des bases plus mystérieuses (en fait ces scènes seront évoquées par les 2 protagonistes plus tard dans le film).

Ce qui fait la force de cette histoire d'amour c'est avant tout l'évocation... le fantasme de l'autre. Qui n'a jamais rêvé de pouvoir regarder à travers les yeux de sa dulcinée, peut-être est-ce une façon de concrétiser une vision commune du monde ? Mais ce pouvoir est à double tranchant... jusqu'où peut-on aller s'immiscer dans la vie privée de l'autre ? Le film reste assez léger dans ce domaine alors qu'il aurait pu flirter beaucoup plus dans le sombre fantastique à certains moments. On n’échappe évidemment pas à la classique scène de sexe (virtuel ou réel ? à vous de voir !) où les amants interdits se caressent mutuellement, afin de faire ressentir les sensations à son partenaire : quelle plus belle façon de faire l'amour que d'échanger ses propres fantasmes avec l'être aimé, non ?

Côté ambiance sonore on découvre une partition subtile avec des ambiances très éthérées comme on en entend souvent dans les séries, mais aussi quelques titres rock/folk plutôt entraînants. L'image quant à elle est bien cadrée et les plans servent bien la narration, opposant des couleurs plutôt froides (bleutées) pour Rebecca et plutôt chaudes (ocres) pour Dylan, ce qui finalement dépeint bien leurs tempéraments respectifs (ça change du rose pour les filles et bleu pour les garçons !).

Je ne connais pas la note d'intention de ce film, mais j'y voie en quelque sorte une métaphore des temps modernes. Nous vivons aujourd'hui dans une société numérique à la pointe de la technologie, où les moyens de communication n'ont jamais été si puissants... pourtant jamais l'Homme ne s'est jamais senti aussi seul qu'aujourd'hui. Nous ne savons plus communiquer, les jeunes générations perdent peu à peu le sens des valeurs et des sentiments humains, ou bien les détournent pour ne pas devoir se confronter à la réalité. La Rencontre est presque devenue un parcours du combattant, une sorte de jeu de rôle où toutes les phrases et les comportements humains auraient été codifiés à l'avance ou par l'expérience d'autrui.

L'histoire de Dylan (un repris de justice en quête de rédemption) et de Rebecca (une femme mariée qui cherche à se retrouver) est en fait riche et complexe, car elle mêle à la fois une histoire d'amour à distance (virtuelle diront les mauvais langues !) et un amour complètement fusionnel (au sens propre et figuré !). Cela résume assez bien ce que les gens recherchent aujourd'hui sur les sites de rencontres : quelqu'un qui leur ressemble trait pour trait, et à ce titre la séquence des jeux de miroirs illustre complètement cela, ainsi que cette phrase prononcée par Dylan lorsque Rebecca lui demande ce qu'il préfère en lui ("ce que j'aime le plus en moi... c'est toi").

La morale de cette fable amoureuse fantasque est toute simple (et quelque part presque niaise) : ce n'est qu'à travers le regard de l'autre que l'on se découvre, ou pour faire écho à Baudelaire "le regard est le miroir de l'âme".

pour se mettre dans l'ambiance quelques notes de la B.O de Tony Morales :
https://soundcloud.com/tony-morales-composer/break-up-from-the-indie-feature-film-in-your-eyes

Notes techniques sur le visionnage et la distribution en streaming :

Voilà un bel exemple de distribution alternative du cinéma indépendant et qui a aussi le mérite de questionner encore une fois l'absurdité de la chronologie des médias ! En effet vous ne verrez pas ce film en salle, car en France il faut choisir : boire ou.. euh non ^^ on a le choix entre l'exploitation en salle ou l'exploitation web. Et oui nos chers censeurs et académistes du cinéma pensent qu'on ne peut pas sortir à la fois un film au cinéma et sur le web ! Et là je leur réponds : bien sûr que si, et la raison en est très simple... on ne visionne pas du tout un film dans les mêmes conditions en salle et sur le web !

Il faut noter ici que, certes le film est visionnable en streaming vod sur Vimeo, mais il est impossible de le télécharger (du moins pour le moment !) et c'est là que le bât blesse... Et oui pour pouvoir profiter d'une bonne séance de home cinéma je pensais pouvoir lire le film sur mon équipement spécial, mais pour pouvoir visionner le film il faut déjà disposer d'une connexion internet me direz-vous ! Et bien malheureusement pour moi, mon home cinéma est le seul endroit où la wifi ne passe pas et le cpl non plus ! Ensuite pour visionner un film en streaming sur un appareil externe autre qu'un ordinateur ou une tablette (donc un décodeur multimédia, une TV connectée, ou que sais-je encore !) il faut avoir un équipement compatible avec le surf internet c'est à dire sur lequel on puisse installer des applications (comme sur votre mobile par exemple ^^).

La technologie évoluant trop rapidement, le matériel acheté voilà 2 ou 3 ans est malheureusement pour moi déjà complètement obsolète de ce point de vue ! Du coup je me résigne à visionner le film depuis un ordinateur portable relié en VGA à ma TV (car pas de HDMI sur mon portable ^^), mais je déchante vite car ma bande passante internet étant vraiment faible (en gros 4 Mo maxi !), je ne peux décemment pas regarder en HD puisque le film s'arrête toutes les 15 secondes ! Finalement j'arrive à voir le film en qualité SD, mais en étant obligé de relancer 3 ou 4 fois la lecture. Et après il y a encore des gens qui ne comprennent pas pourquoi on préfère télécharger que de regarder en streaming ! lol

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2399 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de sride In Your Eyes