👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Jason Reitman, le géniteur du touchant Juno, récidive et nous propose un film où le personnage principal voit toutes ses certitudes partir en lambeaux, où l'amour et la passion sont destructeurs. Avec une réalisation sobre, typique d'un courant en vogue dans la nouvelle génération de réalisateurs nés avec une cuillère en argent dans la bouche (Coppola fille/nièce & Cie), quelques plans zénithaux bien trouvés, des travelings discrets ou au contraire un peu trop expressifs (comme ceux qui dans le dernier 1/4h pointent la solitude en s'éloignant de la scène, bref c'est propre, mais rien d'exceptionnel à se mettre sous la dent.
C'est dans le traitement du récit et de ses personnages qu'il faut chercher pour apprécier le film. Premièrement, les acteurs sont bons, Clooney nous fait (encore et toujours l'alternance entre sourires ravageurs et regards ténébreux, Vera Farmiga et comme à son habitude, charmante et au regard d'une douceur, c'est toujours un plaisir de la voir, quant à Anna Machin, c'est l'une des actrices qui m’insupporte le plus, la pauvre, c'est vindicatif et arbitraire, mais je ne peux pas, sa voix, son regard, j'aime pas!
Dans un second temps, le récit est bien construit, les attentes des personnages sont bien présentés, leurs certitudes, leurs destructions, tout cela est bien coordonnée au sein de chapitres qui ordonnent la diégèse justement. Enfin, on sent que le film nous emmène quelque part, qu'il tente de ne pas être un divertissement touchant mais gratuit, et même si la critique d'un système capitaliste outrancier est discrète, cette légèreté lui sert, et la rend plus criante de vérité. De plus, une véritable quête de l'identité est présentée, bon rien de sensationnel, mais le poids des sentiments, le poids de nos relations, que le personnage de Ryan Bingham (Georges Clooney) souhaite initialement rejeter, se révèle être finalement notre seule attache au monde et témoigne de la seule utilité que tout à chacun peut appliquer à sa vie, vie qui autrement est vide de sens.

Mention spéciale pour le dernier plan, d'une rare beauté.

WalterBenyamin
7
Écrit par

il y a 7 ans

In the Air
Before-Sunrise
8
In the Air

10 millions miles away from everybody

Up In The Air est un film fort pessimiste qui se cache derrière le rideau de la comédie et le sourire de George Clooney. Et c’est facile de se cacher derrière de pu*** de sourire. Notre héros est...

Lire la critique

il y a 8 ans

20 j'aime

7

In the Air
Mindfulista
10
In the Air

Critique de In the Air par Mindfulista

Ce film est sans doute à classer dans les films contemplatifs un peu bobos. Comme dans Lost in Translation, les personnages sont toujours ailleurs, dans des lieux de transition, impersonnels. Mais...

Lire la critique

il y a 12 ans

18 j'aime

2

In the Air
takeshi29
7
In the Air

Le fils Reitman continue à creuser le sillon "comédies grinçantes à portée sociétale"

Après "Thank you for smoking" (1) et "Juno" (2), le fils Reitman continue à creuser le sillon "comédies grinçantes à portée sociétale". Même si son propos n'est pas toujours des plus légers, il...

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

Fin de partie
WalterBenyamin
9

"Il prend un visage d'Anglais"...

Ah Beckett, pendant très longtemps tu m'as intrigué, je n'aimais pas tes pièces, du moins, je ne les comprenais pas. Aujourd'hui (temporalité quelque peu absurde vu que je publie cela pour l'éternité...

Lire la critique

il y a 8 ans

18 j'aime

1

Ipséité
WalterBenyamin
8
Ipséité

La musique, j'l'aimais jusqu'à c'que j'sois dedans

J'avais apprécié l'album précédent de Damso, mais face à sa manière de composer ses sons et de poser assez variable, cela demandait un certain effort pour réellement hocher la tête comme 2Pac...

Lire la critique

il y a 5 ans

12 j'aime

Que la famille
WalterBenyamin
2

Les fils illégitimes de K-maro et Lunatic

Apparemment PNL c'est LE MOTHAFUCKING groupe de rap qui va peser les prochaines années. Alors, oui ça change de la trap omniprésente actuellement et c'est pas plus mal de mettre en avant autre chose...

Lire la critique

il y a 6 ans

12 j'aime

22