mes yeux saignent…

Avis sur Into the Wild

Avatar rmn
Critique publiée par le

… après avoir vu en trois ou quatre fois le dvd en vf vers 2008, je me suis à nouveau infligé ce film : pour le partager avec un spectateur encore innocent, pour enfin pouvoir partager le désarroi qui m'avait envahi lors du visionnage originel. Car ce film est inqualifiable. Il tue des chatons.
Indépendamment de l'histoire sur laquelle il se base, comment Sean Penn nous la raconte-t-il ? La réponse est simple : il ne nous raconte rien, car il ne sait pas comment le faire. On dirait qu'il a pris des cours particuliers avec Danny Boyle. Il faudrait employer un terme vulgaire pour décrire adéquatement le niveau d'atrocité de la réalisation. Rien n'y est. Plans en biais, montage clipesque, transitions à la truelle, sans compter le nombre de ralentis et de zooms avant qui surlignent une narration par ailleurs écrite en jaune fluo et complétée en voix off.
L'intégralité de la 5eme édition de "Comment faire un film pour les cons" est mise en application dans ce métrage.
L'histoire de Jésus s'y déroule au rythme des rencontres avec une galerie des clichés qu'on ne trouve guère plus que dans les téléfilms français adaptés des succès de Ben Stiller.
Notre super-héros de la psychanalyse perçoit tout et apaise les névroses de ses prochains d'un hochement de tête soutenu. Pendant ce temps, le spectateur s'amuse à deviner les dialogues (c'était la grève des dialoguistes, rassurez-moi ?) et s'enfonce dans la psychose qui guettait depuis la publicité de MC Hammer pour les hot-dogs danois.
L'apex du film est probablement atteint lors d'une scène de douche épique où les shampoings Ushuaïa ont raté leur placement.
Mention spéciale "manipulation parfaite, niveau secte atteint" pour avoir collé la photo du type vraiment mort dans la vraie vie à la fin, histoire de dire ; si tu critiques le film, c'est la mémoire de ce gars là que tu touches. Sean Penn aurait dû être hué pour avoir proposé un écran de projection aussi minable aux pulsions d'évasion du spectateur. Il ne filme même pas les paysages…

(interprétation alternative : Sean Penn est un troll de très haut niveau.)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 264 fois
1 apprécie

Autres actions de rmn Into the Wild