« Grande aventure alaskienne »

Avis sur Into the Wild

Avatar Jeune_Padawan
Critique publiée par le

Into the Wild c'est l'histoire vraie de Christopher Johnson Mc Candless, un jeune homme qui avait tout pour lui : brillant et fraichement diplômé il projette d'étudier le droit à Harvard, il est riche et même plutôt populaire (comme le prouve la cérémonie de remise des diplômes). Et pourtant celui-ci décide d'abandonner son avenir tout tracé pour vivre une aventure avec quasiment rien ni personne et sans prévenir sa famille. Serait-ce de la folie ? Ou bien au contraire un acte plus que sensé ? Deux heures vingt huit d'aventure extrêmement touchantes réalisées par Sean Penn dans lesquelles on apprend ce qui a amené Christopher à agir de la sorte.

Ce qui fait l'originalité de ce film c'est qu'il ne respecte par l'ordre chronologique des événements. De plus, il est découpé en cinq chapitres : la naissance, l'adolescence, l'âge adulte, la famille et le début de la sagesse. En outre, l'histoire nous est raconté par Chris lui même et par sa sœur, qui a vécue la même enfance que lui, c'est sans aucun doute la seule qui le comprenne.

Christopher c'est un homme qui se décrit comme « ne méprisant pas les hommes mais préférant la nature » et qui a été « contaminé par la civilisation », par la « surabondance matérielle » et qui veut revenir à « l'état sauvage ».
Tout le long du film, on comprend que Chris pense sincèrement qu'il adore cette vie de solitude, et pourtant le film tend à nous prouver le contraire. Premièrement, on se rend compte que les moments où il est véritablement le plus heureux dans son aventure c'est lorsqu'il rencontre et partage des moments avec des gens. Deuxièmement, son besoin d'écrire est en fait sa façon à lui de ne pas être seul. Il correspond également par lettre avec Wayne, un homme pour qui il a travaillé et avec qui il s'est lié d'amitié. Enfin la moral de l'histoire qui peut être résumé dans la phrase de fin : « le bonheur n'existe vraiment que s'il est partagé » nous confirme l'idée que son aventure aurait été parfaite pour lui s'il était parti accompagné. Christopher retient aussi une autre leçon : « Appeler chaque chose par son vrai nom » puisque c'est à cause d'une erreur de nom de plante qu'il meurt empoisonné. Ainsi, avant de mourir il écrit son vrai nom sur la pancarte alors qu'à son arrivé à l' « autobus magique » il avait écrit son nom fictif.

Cette aventure était en fait pour lui une parenthèse dans sa vie, une façon de découvrir qui il était, comment il voulait vivre sa vie, et une façon de fuir ce à quoi il était destiné, une façon de fuir la personne dont ses parents voulait qu'il devienne. C'est pour cela qu'il se débarrasse de ses papiers, qu'il abandonne sa voiture, qu'il brule son argent et enfin et surtout qu'il change de nom pour « Alexander SuperVagabond » (ou « Alexander Supertramp » dans la version anglaise). D'ailleurs, ce nom qui peut prêter à sourire nous donne l'impression qu'il vit comme un personnage d'un de ses livres auquel il se serait identifier, ou bien qu'il crée son propre personnage. Cette hypothèse de renaissance nous est confirmée lorsqu'il indique à Rainey, un des hippie qu'il rencontre, qu'il a peur de l'eau alors que la seconde d'après il court se jeter dans la mer. Pourtant on pourrait penser qu'il a simplement changer de nom et qu'il s'est débarrassé de ses affaires pour changer complétement de vie et oublier l'ancienne, mais on comprends qu'il a l'intention de revenir et de ne pas totalement oublier d'où il vient. En effet, il dit qu'il « écrirait peut être un livre à [son] retour », il essaie de repartir de l'endroit où il a camper plusieurs mois et il veut même donner des nouvelles à sa famille par téléphone (avant de changer d'avis et de donner sa pièce à un vieillard.). Et enfin, juste avant sa mort il imagine des retrouvailles avec ses parents. Ceci dit, son aventure a tellement bouleversée sa vie que même en pardonnant à ses parents et en retournant chez lui, il ne serait toujours pas heureux car il voit la vie d'un nouvel angle et il sait qu'il ne pourra jamais changer ses parents. C'est pour cela qu'il part sans regrets, qu'il dit avoir eu une vie heureuse. C'est comme s'il comprenait qu'une marche arrière serait impossible. De plus, retourner à son ancienne vie aurait sans doute été très difficile car la solitude a finit par faire perdre une partie de ce qui rattachait Chris à la civilisation, il finit même par de plus savoir compter.

Pourquoi vouloir travailler pour gagner de l'argent alors qu'il était riche mais qu'il a donné la majorité de son argent et brûlé le reste ? Pour s'épanouir dans son travail, pour être utile mais aussi surtout pour mériter son argent. Car, non Chris n'est pas un « gosse de riche » qui ne voit pas la chance qu'il a. Parce qu'au contraire il en a pleinement conscience et choisit délibérément de la fuir. Mais cette « chance » est en fait pour lui une sorte de bulle qui l'étouffe, une prison doré qui le coupe de la vraie vie, de la vie telle qu'elle devrait être selon lui. Lui à qui on offrait une voiture dans le passé, se retrouve à s'extasier devant une pomme, un bus abandonné, une vue ou encore une douche fabriquée artisanalement.

La musique de ce film est également remarquable. Elle nous envahit d'un sentiment de liberté, d'une envie de partir à notre tour marcher. A contrario, celle-ci sait également nous toucher lorsqu'il le faut. En bref, Eddie Vedder a parfaitement saisi ce qui ferait plonger le spectateur dans l'aventure qu'a vécu Chris. Concernant l'image, les paysages sauvages sont d'une beauté que peu d'entre nous auront la chance de voir un jour et nous font alors voyager.

En bref, ce film frôle de près la perfection. Il y aurait tant de chose à rajouter pour rendre compte de l'intérêt que représente ce film que le mieux est de le voir pour comprendre.
Les seuls reproches possibles sont qu'il ne respecte pas précisément quelques points de la véritable histoire et que le film est parfois un peu lent. Mais ces deux défauts ne sont rien comparés à la beauté de ce chef d'œuvre.

Léa R.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1207 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Jeune_Padawan Into the Wild