Depuis la chanson de BILLY THE KICK, les champis c'est bien vu !

Avis sur Into the Wild

Avatar HomoFestivus
Critique publiée par le

Bon, comme je le dis dans le titre, le fait de ne voir aucune critique négative d'"Into the Wild" me choque au plus haut point !
C'est vrai que quand je l'ai vu, j'en avais tellement entendu de bien que je me suis fait un point d'honneur à essayer d'entrer dedans... Echec critique !
Globalement, on dirait un clip version longue d'un medley intégral des chansons - heu, de la soupe - de Manu Chao, entre couleurs vives bien saturées et messages navrants de banalité du style "la vie est ailleurs, on the road again, on est jeunes on est des fous, la société de consommation c'est de la merde"...
Mais bon faut dire que je suis assez réfractaire aux films générationnels orientés pour les jeunes entre 20 et 30 ans qui doutent de leurs choix ("et si j'allais élever des lamas plutôt que remplir mon caddie ?"), c'est pourquoi j'abhorre également "l'auberge espagnole" et consorts...
Mais je m'éloigne... Donc, le trajet d'un type qui ressemble à s'y méprendre à n'importe quel jeune type qu'on voit traîner avec un guide de tout ce qui ne faut pas rater en Europe dans toutes les auberges de jeunesse de France et de Navarre (du monde, quoi) : trop enthousiaste, trop ouvert, trop souriant, trop tout... Il parle à tout le monde, cool, il se cherche, très bien, mais il est surtout très con, non ? Moi, toutes proportions gardées, je crois pas que je me serais risquée à bouffer les plantes toxique, faut quand-même pas bien être malin pour se mettre dans une galère pareille... Vive le Viandox !
Bon désolé pour le gars si c'est une histoire vraie, mais alors pourquoi tourner ça en éloge suprême, alors qu'il s'agit quand-même avant tout d'un tragique accident !!!'Je trouve la fin hyper glauque, et pourtant j'aime les films glauques, mais pas ce genre de glauque ! La vraie image du gars en exergue à la fin du film est absolument macabre...'
Dernier point qui pour moi résume bien la qualité du film, ce plan où le héros respire (enfin) le bon air pur comme dans une pub Tahiti Douche, avec la caméra qui fait un tour vertigineux sur elle-même pour qu'on ne perde pas une goutte de la liesse ultime qui inonde le visage du beau garçon... Arghhh
Allez quoi, reviens à la maison, j'ai fait des lasagnes !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 902 fois
11 apprécient · 7 n'apprécient pas

Autres actions de HomoFestivus Into the Wild