Blue diamonds are not a girl's best friends

Avis sur Intuitions

Avatar Nazgulantong
Critique publiée par le

Tout comme Peter Jackson, Steven Spielberg ou encore James Cameron, Sam Raimi fait partie de cette génération de cinéastes qui ont débuté leur carrière par des films d'horreur indépendants pour finir aujourd'hui aux commandes des méga-productions les plus admirées et récompensées de ces trente dernières années. D'une part, il est adulé par les aficionados de gore à outrance et de comédie cartoonesque pour sa trilogie mythique des Evil Dead. De l'autre, il est apprécié par les fans de comics pour avoir contribué à remettre les films de super-héros au goût du jour avec le succès critique et financier du premier « Spiderman » (les suites étant ce qu'elles sont...).
Mais on connait moins l'autre facette de Sam Raimi. Celle du réalisateur de « Un Plan Simple » et de « Intuitions ». Deux œuvres plus complexes, injustement méconnues, et qui sont passées sous le radar au milieu d'autres projets plus largement destinées au tout venant. « Intuitions » donc, est un thriller psychologique, d'après le scénario émouvant et cru de Billy Bob Thornton (qui avait travaillé avec Raimi sur « Un Plan Simple » justement, où il avait été nominé à l'oscar du meilleur second rôle). Connu pour ses plans biscornus et sa caméra voltigeuse, Raimi fait ici le choix d'une mise en scène austère et subtile pour privilégier une atmosphère pesante à des jump scare malvenus. Pour autant, on reconnaît sans peine sa patte artistique surréaliste lors de visions prémonitoires sinistres et terrifiantes.
Non content de nous embourber dans une ambiance trouble, pour mieux nous surprendre par la suite avec des fulgurances visuelles dont il a le secret, Raimi s'avère également un excellent directeur d'acteurs. Il bénéficie ici d'un casting de premier choix. A commencer par la ravissante Cate Blanchett - pas étonnant que Peter Jackson l'ait choisie pour incarner la reine des elfes. Elle joue une jeune veuve au foyer, qui se démène entre l'éducation de ses trois enfants et la population locale, qui a du mal à prendre ses dons de cartomancienne au sérieux. Une femme déterminée, qui fait preuve d'une grande force de caractère, tout en restant frêle et vulnérable. Face à elle, on retiendra notamment la performance ravagée de Giovanni Ribisi (un acteur talentueux qui reste cantonné dans les seconds rôles), celle tout en retrait de Greg Kinnear (un autre comédien formidable qui passe souvent en arrière plan), et enfin celle de J.K. Simmons dans la peau d'un shérif imbuvable et mal luné (ce qui a clairement inspiré sa prestation de rédacteur en chef délicieusement exécrable dans la trilogie Spiderman). Sans oublier, Keanu Reeves dans un rôle de redneck violent, à contre-courant de sa carrière de sauveur de l'humanité propre sur lui.

« Intuitions » est à Sam Raimi ce que « Créatures Celestes » est à Peter Jackson : une oeuvre profonde et mature, mais étouffée par une carrière fondée sur le divertissement et le grand spectacle. Sam Raimi est ici libre de laisse s'exprimer toute sa sensibilité artistique pour sublimer une écriture poignante et un jeu d'acteur remarquable. Raimi devrait revenir plus souvent vers ce genre de projet à petite échelle, au lieu de gâcher son talent dans une super-production mièvre, convenue et boursoufflée par un excès d'images de synthèse, comme « Le Monde Fantastique d'Oz ».

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 479 fois
4 apprécient

Autres actions de Nazgulantong Intuitions