Jojo Rabbit ou quand l’amour et un lapin rendent le nazisme grotesque

Avis sur Jojo Rabbit

Avatar Axel Cuguilliere
Critique publiée par le

Critique à écouter ici
Jojo Rabbit est un film sur le nazisme. Donc il n’y a pas matière à rire. Mais Jojo Rabbit est aussi un film drôle. Faire rire du nazisme avec une histoire d’enfants, c’était le défi du réalisateur Taika Waititi. Et c’est un défi « drôlement » réussi.

Jojo est comme beaucoup d’enfants de 10 ans : Il a besoin d’un ami imaginaire.
Jojo est un enfant dans l’Allemagne nazie, il fait donc partie des jeunesses hitlériennes. Et comme ami imaginaire il se choisit...Hitler.

Mais Jojo va diverger… Car quand on lui demande de tuer un lapin, il refuse. Ce qui lui vaut les moqueries de ses camarades. Ce qui n’est au départ qu’un refus de la violence, bascule, quand Jojo découvre Elsa, que sa mère cache dans le grenier. Mais, Elsa est juive.
Progressivement, le Hitler, ami imaginaire, va perdre son influence sur Jojo, lui, attiré par une envie d’amour et non pas de haine.
Une citation à la fin du film résume bien la subtilité des dialogues. Cette phrase du poète allemand Rilke :
« Laisse tout t’arriver,
Beauté et terreur,
Continue juste à le faire,
Aucun sentiment n’est définitif. “

Dans le rôle de Jojo, Roman Griffin Davis rend crédible son amitié impossible avec Elsa, jouée par Thomasin McKenzie. Et c’est essentiel car c’est leur relation qui permet une déconstruction ironique de l’antisémitisme.
Jojo Rabbit est une production du studio de film d’animation Fox,
Taika Waititi est un réalisateur néo-zélandais.
Le tout n’est ni enfantin, ni exotique, mais nous touche de près. Comment ridiculiser l’endoctrinement nationaliste sans se sentir mal à l’aise ;
Drôle et dramatique à la fois, Jojo Rabbit est un surprenant favori pour les oscars 2020.

Axel avec N7Productions

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2650 fois
1 apprécie

Autres actions de Axel Cuguilliere Jojo Rabbit