« Tu as payé la caution pour l'appartement ? »

Avis sur Joyeuses Funérailles

Avatar p0upix
Critique publiée par le

Joyeuses funérailles est à l'image de l'humour anglais : loufoque. Il faut bien leur reconnaître ça aux british, il n'y a qu'eux pour oser faire d'un sujet si sensible une comédie aussi déjantée, presque adorable et touchante qui permet de dédramatiser la mort.

C'est l'histoire d'une famille qui se rassemble afin d'enterrer son patriarche. L'histoire pourrait s'arrêter ici étant donné que le scénario tient sur cette courte idée. Pas très originale aux premiers abords, n'est-ce pas. J'étais un peu sceptique aussi, c'est vrai.

Lorsque j'ai lancé le film, c'était un peu par dépit. Embrouille avec mon mec oblige : le chien hésitait entre lui et moi, le chat boudait sur un coin du canapé, niant mes caresses, ne feulant que lorsque le chien tentait une vague approche, et moi… ben je me faisais royalement chier. Le résumé n'étant pas hyper attractif de base, nous n'aurons qu'à dire que l'horloge m'indiquant 3h du mat' aura usée de messages subliminaux via son cadran pour me tenter : « Tu ne trouveras rien de mieux à cette heure-ci, pense à ta connexion gratuite moisie, il te faudrait 2 jours pour télécharger 700Mo, allé, lance ce film » (Vous voyez Kaa dans le livre de la jungle ? Pareil).
Sous ses bons conseils, je l'ai donc lancé.

Et quel conseil !

Comme pour beaucoup j'imagine, la mort est un peu tabou pour moi. C'est donc avec quelques appréhensions que j'ai cliqué sur lecture.

Le film commence. Première bourde. Mauvais cercueil. Next.

Le film recommence. Les proches se réunissent : comme dans toutes les familles, chaque relation à son lot d'histoires et de non-dits, créant des dialogues à la fois abracadabrants, à la fois géniaux.
Ainsi on retrouve ce fameux frère à qui tout a réussi, celui qu'on jalouse intérieurement mais devant lequel on fait bonne figure (et qui est en fait un gros loser), et a contrario, il y a celui qui n'a jamais rien fait de sa vie et qui reste présent, qui se dévoue pour ses proches quitte à avoir une vie pourrie. On y retrouve les cousins, aussi tarés qu'insensibles, et la femme du mort (« Vous avez vu ma femme ? Elle est belle, hein ? »)… qu'on a un peu de mal à cerner.

S'ensuit un sacré merdier rocambolesque à base de drogues, de nain-gay-maître-chanteur (y a moyen que ça fasse un bon hashtag), de femme qui n'a rien à carrer de la situation tant qu'elle peut avoir son fichu appartement, de secrets de familles honteux et de vieux dragueurs du dimanche : Amen !

Un mélange aussi improbable qu'incroyable, et qui, du haut de son extravagance, est à recommander lors d'une dispute avec votre nana ou votre mec, d'un moral en berne, ou d'une envie de remise en question existentielle. Parce que finalement, au-delà d'une comédie, c'est aussi le cheminement des émotions par lesquelles on passe lors de la perte d'un proche : colère, tristesse, rancœur et incompréhension.

Du coup, à défaut d'être aussi exceptionnelle que le père en question, Joyeuses Funérailles est une comédie attendrissante et amusante grâce à laquelle on peut envisager d'appréhender différemment ce qui s'avère inévitable : la mort.

Et pour les plus difficiles à convaincre, on proposera – gentiment – une petite poignée de valiums.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 268 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de p0upix Joyeuses Funérailles