Kill It and Leave This Town
5.8
Kill It and Leave This Town

Long-métrage d'animation de Mariusz Wilczyński (2020)

Critique extraite de la liste Annecy 2020, avec mon chat, avis croisés.


Premier Long-métrage de ce festival, probablement pas le plus accessible.


Mariusz Wilczynski nous offre un film d'une sombre poésie, désabusée et mélancolique, ce qui, vu son postulat de départ, n'est pas étonnant. On suit donc principalement les personnes décédées que le personnage principal a aimé, revivant avec lui des moments importants avec eux, d'autres plus anodins, pour la plupart empreints d'une sorte de malaise, traduisant peut-être la maladresse à dire aux gens qu'on les aime, et la tristesse de ne pas l'avoir fait une fois qu'ils ont disparu. D'autres passages ne m'ont pas semblé montrer ses proches, mais des délires visuels cauchemardesques, rappelant les courts-métrages hallucinés/hallucinants de BLU (https://www.youtube.com/watch?hl=fr&v=uuGaqLT-gO4&eurl=&gl=FR&amp=)


Un autre élément important est la référence à l'un des plus grands chefs-d’œuvres qu'il m’ait été donné de lire : Le Maitre et Marguerite, de Mikhaïl Boulgakov. Le personnage de Béhémoth et celui de Woland y faisant plusieurs apparitions, peut-être pour montrer que le diable n'est jamais très loin lorsque l'on parle de rapports humain ?


Visuellement, Kill it and leave this town en rebutera probablement plus d'un. Les visages ne tentent pas d'être beaux, nous montrant des personnages bourrus pour la plupart, pas particulièrement sympathiques. L'animation quand à elle semble bricolée, artisanale, souvent disparate : certains plans paraissent presque bâclés, quand d'autres offrent une richesse inattendue. Le dessin des décors extérieurs fait résonner en moi la nostalgie de la Pologne que j'ai découverte, enfant, dans les années 90, avec ses atmosphères si particulières que je n'y retrouve plus aujourd'hui.


Dernier point, la musique, cette chanson rock polonaise qui m'émeut tant alors que je n'y comprend rien, ici sous-titrée, rend hommage au musicien Tadeusz Nalepa, disparu en 2007, et présenté comme l'un des proches décédés du personnage principal.


Bref, j'ai beaucoup aimé ce film, de part ses partis pris radicaux et son atmosphère vraiment à part, je ne peux pas garantir que vous l'aimerez autant si vous n'avez pas ce passif avec la Pologne mais il me semble quand même mériter d'être vu si vous aimez bien les atmosphères étranges.


L'avis de Gally : Couchée sur le canapé, tournée vers l'écran, dans une attitude d'attention somnolente.
Traduction : "Je n'ai pas encore une grande culture en animation mais celui là me semble spécial, les dessin ne sont pas comme dans les autres, comme si on les avait dessinés sur l'écran. C'est triste et beau, bon, c'est lent aussi donc j'ai pas mal fermé les yeux."

ZayeBandini
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Annecy 2020, avec mon chat, avis croisés

Créée

le 17 juin 2020

Critique lue 501 fois

3 j'aime

3 commentaires

ZayeBandini

Écrit par

Critique lue 501 fois

3
3

D'autres avis sur Kill It and Leave This Town

Kill It and Leave This Town
ZayeBandini
8

Une poésie sombre, désabusée et mélancholique

Critique extraite de la liste Annecy 2020, avec mon chat, avis croisés. Premier Long-métrage de ce festival, probablement pas le plus accessible. Mariusz Wilczynski nous offre un film d'une sombre...

le 17 juin 2020

3 j'aime

3

Kill It and Leave This Town
Caine78
5

La Mort est parfois une délivrance

Vu dans le cadre du jury SensCritique pour le Festival d'Annecy 2020 : Après « The Nose », deuxième film de la sélection officielle d'Annecy très difficile à aborder, et où le constat...

le 13 juil. 2020

1 j'aime

Kill It and Leave This Town
AyanamiRei
5

Pas une critique !

Téléchargé par torrent, cinéma d'horreur - animation.The wandering "thoughts" of a direction-less director trying to exorcise some obsessive morning. Formless and with no interest to strangers aside...

le 1 juin 2023

Du même critique

Les Enfants de la mer
ZayeBandini
8

4°C jusqu'à l'infini

Encore un film d'animation qui ne va pas être distribué avec les bons arguments, lors de l'avant-première en guise de dossier de presse on nous donne le genre de brochures pour les enfants de...

le 7 juil. 2019

19 j'aime

Pierrot le Fou
ZayeBandini
10

Admettons donc.

Aujourd'hui Jean-Paul Belmondo est mort, et avec toute la tristesse que cette annonce m'a procuré, j'ai ressenti le besoin de revoir ce film. Pourquoi celui-ci je ne sais pas, peut-être parce que...

le 6 sept. 2021

8 j'aime

2

Le Détroit de la faim
ZayeBandini
9

À la croisée des films noirs de Kurosawa et des grands polars de Nomura, c'est dire...

Un immense oubli dans les classiques connus et reconnus du cinéma japonais, dans la droite lignée du Entre le ciel et l'enfer de Kurosawa, et augurant en un sens les immenses adaptations de Matsumoto...

le 2 août 2021

7 j'aime