Idéal à regarder en temps de Covid ^^

Avis sur L'Armée des 12 singes

Avatar OnceUponATam
Critique publiée par le

Drôle de période et en même temps idéale pour regarder un film comme « L’armée des 12 singes« . Pourtant, un tel film n’a jamais été aussi flippant qu’en ce moment. Car même en l’ayant déjà regardé avant, on ne peut que le regarder autrement aujourd’hui, en pleine crise de Coronavirus… Perso, c’était une première pour moi et quelle claque !

Ça faisait déjà un petit bout de temps qu’on me disait qu’il fallait absolument que je le voie, qu’il était incontournable. Au bout de x années d’attente, ça y est. Et il était gé-nial.

Évidemment, avec l’épidémie de Coronavirus, on ne peut s’empêcher de faire le lien entre le film et notre situation actuelle. Un virus qui se propage et qui tue l’humanité en un temps record et dont les survivants ne peuvent sortir sans combinaison, ni casque et qui ont droit à une douche désinfectante après chaque sortie… Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est troublant. Ce qui n’était il y a quelques mois que de la science fiction est aujourd’hui bien réel.

Concernant l’histoire, on est tenu en haleine du début à la fin. On débute avec ce « rêve » de James (Bruce Willis) dont il ne connaît ni l’origine ni la signification : un petit garçon qui voit une femme courir et un homme tomber à terre visiblement blessé, probablement mourant.

Rêve prémonitoire ? Souvenir d’enfance refoulé ?

Et que s’est-il passé ? Pourquoi les gens vivent-ils sous terre ? Comment ont-ils perdu le contrôle ?

On découvre peu à peu que c’est une science défaillante qui a causé la presque totale extinction de la race humaine. Une défaillance toujours à déplorer dans le futur d’ailleurs. Alors que les scientifiques tentent de « réparer » leur erreur en envoyant au casse-pipe des prisonniers en en les envoyant dans le passé pour enquêter sur ce qui a bien pu causer la propagation du virus, les prisonnier découvrent à leurs dépends que la machine à remonter le temps n’est pas fiable puisqu’ils sont victimes d’erreur : James est d’abord envoyé trop tôt dans le temps (en 1990) puis dans les tranchées en France pendant la Première Guerre Mondiale (1917) avant d’être enfin envoyé au bon endroit au bon moment (1996).

Des erreurs qui ont bien failli avoir sa peau puisqu’en 1990, il est pris pour fou puis est enfermé et drogué dans un asile et, en 1917, se fait tirer dessus dans les tranchées. Tout ça dans l’indifférence totale des scientifiques pour qui seuls les résultats comptent et qui le ramènent dans le présent et ne se gêne pas pour lui dire qu’il a fait du mauvais travail. Dans le genre "j’ose tout" , ils se posent là…

(Le reste de ma critique ici)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 34 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de OnceUponATam L'Armée des 12 singes