👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Henri Voizot (Claude Brasseur), un vieil homme acariâtre veuf depuis trente ans, vit seul dans son logement parisien. Son fils Paul (Guillaume de Tonquédec), plus pour l’obliger à partager sa solitude que pour lui rapporter un petit loyer, fait passer une annonce pour proposer une colocation. C’est Constance Piponnier (Noémie Schmidt), une jeune étudiante venue d’Orléans , qui se présente. Le 1er contact est un désastre car Henri ne fait rien pour être aimable mais la jeune fille, qui veut à tout prix se sortir du destin de vendeuse de fruits et légumes sur les marchés qui serait le sien si elle était restée en province, arrive, par sa gentillesse et son optimisme, à vaincre tous les obstacles. Pas tous, en réalité car Henri, en proposant de l’exempter du loyer modeste qu’elle doit payer sans en avoir le premier centime, lui propose un marché : séduire son fils pour l’obliger à divorcer de Valérie, sa femme (Frédérique Bel), qu’il déteste et considère comme une gourde. Contrainte et forcée, Constance accepte le marché et réussit presque à séparer Paul de sa femme mais, devant la grossesse inespérée de Valérie, le couple se ressoude.

Henri, qui a fini par se prendre d’amitié pour Constance l’encourage à reprendre le piano et à se présenter à un grand concours à Londres. Mais, alors qu'elle est en Angleterre, le vieil homme, qui était malade du cœur, décède et lorsqu’elle revient à Paris, elle découvre qu’il lui a légué le piano de sa défunte femme, concertiste de renom, et l’autorise à habiter l’appartement jusqu’à ce qu’elle trouve à voler de ses propres ailes.

Mon opinion

Ce film est bien dans l’esprit d’Ivan Calbérac dont j’avais beaucoup apprécié le court métrage Simple (sur l’autisme) et le sympathique film Venise n’est pas en Italie, tiré de son roman du même nom. Bien sûr, on ne pourra s’empêcher de penser que sa trame est tissée dès le début et que son dénouement est attendu mais le réalisateur nous conte malgré tout une jolie histoire et nous aurions tort de bouder notre plaisir, surtout pour la présence de la craquante Noémie Schmidt qui illumine ce récit sans surprise. Sans oublier la courte apparition de Thomas Solivéres (dans le rôle de Matthieu, le jeune serveur du bar où travaille Constance, qui a véritablement explosé dans celui d'Edmond Rostand dans le génial Edmond d'Alexis Michalik.

L'Etudiante et Monsieur Henri
E_nigma
7

Qu'il est difficile d'être étudiant

Comment ne pas être insensible à cette charmante comédie française qui pour une fois évite la vulgarité et ne tombe pas dans la facilité outrancière qu'on a trop l'habitude de découvrir dans nos...

Lire la critique

il y a 6 ans

10 j'aime

3

L'Etudiante et Monsieur Henri
DavidRumeaux
5

Génial Claude Brasseur !

Le cinéma français a beau avoir montré quelques belles choses cette année, il ne peut s’empêcher par moment de revenir au théâtre filmé… C’est encore le cas ici et ça limite la portée du film,...

Lire la critique

il y a 6 ans

9 j'aime

L'Etudiante et Monsieur Henri
Eric31
7

Critique de L'Etudiante et Monsieur Henri par Eric31

L'Étudiante et Monsieur Henri est une jolie petite comédie dramatique française écrite et réalisé par Ivan Calbérac d'après sa propre pièce créée en 2012.... qui met en scéne Constance (joué par...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

1

Sibyl
Roland_Comte
4
Sibyl

Brouillon et nombriliste

Sibyl (Virginie Efira), psychothérapeute, décide d’arrêter l’exercice de sa profession pour revenir à sa première passion : l'écriture. Néanmoins, alors qu’elle a annoncé à ses patients qu’elle...

Lire la critique

il y a 3 ans

10 j'aime

6

Et au milieu coule une rivière
Roland_Comte
9

Ne croyez pas qu'un film sur la pêche à la mouche soit forcément ennuyeux;

L'action se déroule dans le Montana, au début du XXème siècle. Le film est fidèle au livre, en grande partie autobiographique, de Norman Maclean : nés dans une famille presbytérienne du Montana, deux...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Les Enfants de Timpelbach
Roland_Comte
8

Critique de Les Enfants de Timpelbach par Roland Comte

Les critiques des revues ou des sites spécialisés sur le cinéma n’ont généralement pas épargné ce film, sans doute trop atypique pour eux, mais cela ne saurait me surprendre tant ils adorent pouvoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime