👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Non on parle pas de demande en mariage

Certains films entrent, comme ça, sans prévenir, par la petite porte et finissent par ressortir à travers la grande. C'est un peu le cas de "L'événement", film choque primé à Venise. Sa réalisatrice nous parle d'une jeune fille, Anne, qui veut avorter dans les années 60, un délit à l'époque, un sujet que l'on veut taire. Ce portrait de la France est plaisant dans un premier temps car la remise en contexte est justement réalisée, puis car la reconstruction est réaliste. Dans un second temps, c'est sans concession que l'on découvre le quotidien d'Anne qui bascule suite à une grossesse imprévue. Dans un temps où seule la mention de l'avortement était taboue, on apprend à connaître un système qui n'autorise pas cet acte, aujourd'hui parfaitement légal et promulgué par Simone Veil en 1975. Le système de santé est du même camp que l'État, c'est à dire qu'il met tout en œuvre pour empêcher la pratique.

Anne, jeune fille insouciante et éprise de la vie et des rencontres amoureuses, bascule avec fracas dans ce tourbillon infernal, comprend que vite que son corps ne lui appartient plus et qu'elle est en prise avec les gens qui l'entoure. Quelques résistants croient au miracle, mais c'est presque seule qu'Anne doit se débrouiller. En faisant ce choix, elle apparaît non seulement comme une figure unique défiant l'autorité, mais aussi comme une fille courageuse qui encourage la libération des langues et la nécessité de rendre l'avortement légal.

"L'événement" est sanglant, non-académique et toujours filmé sans pudeur ni distance : le personnage subit sa grossesse. Au terme d'un unique plan éprouvant montrant l'avortement - capté par un plan séquence caméra à l'épaule - Anne ressort vide de sa séance bien particulière, possiblement sans son enfant (ce qu'elle espère) mais surtout vide de sens. Cet acharnement n'est-il pas vain, étant donné les risques encourus pour sa propre vie ? Lourd récit d'abnégation et de résistance, "L'événement" est un film que je vous recommande.

ProDj21
8
Écrit par

il y a 6 mois

1 j'aime

L'Événement
Sergent_Pepper
8

Une femme sous échéance

On met un certain temps à identifier le sentiment d’étrangeté qui happe le spectateur face à l’exposition de L’Événement : situé dans les années 60, ce portrait de jeune fille semble évoluer à...

Lire la critique

il y a 6 mois

43 j'aime

9

L'Événement
lhommegrenouille
2

Le non-événement

Par avance, mes excuses. Mes excuses pour être resté inerte face à ce film. Et surtout mes excuses parce que je ne vais pas me priver d’expliquer pourquoi. Je préfère présenter mes excuses par...

Lire la critique

il y a 6 mois

32 j'aime

24

L'Événement
6nezfil
8

Ceci est mon corps

Le Lion d'Or gagné par Audrey Diwan à Venise, avec L’Événement, au nez et à la barbe de Jane Campion, Almodovar et Sorrentino, entre autres, en a interloqué plus d'un. Les mêmes ne seront plus...

Lire la critique

il y a 6 mois

22 j'aime

Boîte noire
ProDj21
9
Boîte noire

Boite Noire met une claque à la France entière

Mesdames messieurs, nous tenons pour l'instant notre film de l'année 2021. Oui, un film bien de chez nous qui prouve une nouvelle fois la richesse de notre pays. 2021, une année prospère pour le...

Lire la critique

il y a 7 mois

4 j'aime

Scarface
ProDj21
10
Scarface

Scarface, par Le ciné d'Ethan

Quel film monumental ! Brian de Palma, réalisateur accompli et reconnu par la critique signe son chef-d’œuvre avec « Scarface » qui n’est autre qu’un remake du film de Howard Hawk du même nom, sorti...

Lire la critique

il y a 1 an

4 j'aime

Adieu les cons
ProDj21
8

Adieu les titres à la con, place au cinéma

Pour inaugurer mon retour au cinéma après sept mois d'absence, quoi de mieux que de découvrir le film qui traduit à tous nos sentiments actuels : "Adieu les cons". Oui, adieu les cons, laissez-nous...

Lire la critique

il y a 12 mois

4 j'aime

2