Le veilleur de nuit

Avis sur L'Œil du témoin

Avatar Val_Cancun
Critique publiée par le

Vraiment une sympathique découverte que ce polar méconnu signé Peter Yates, le réalisateur britannique auquel on doit notamment "Bullitt" et "La bande des quatre".

Plus que dans son intrigue, plaisante mais somme toute classique, la grande force de "Eyewitness" réside dans le choix de personnages singuliers, étranges voire antipathiques, qui parviennent à gagner notre sympathie à mesure que l'on découvre leur background et leurs motivations.
Ainsi le héros, veilleur de nuit en apparence médiocre et monomaniaque, qui va révéler une profondeur insoupçonnée, de même que la journaliste que l'on imagine assoiffée de scoops et manipulatrice, ou l'ancien copain de régiment instable, a première vue raciste et égocentré.

Ce jeu sur les apparences et les a prioris se retrouve dans le scénario, qui nous embarque habilement sur une fausse piste, que l'on tiendra pour acquise tout au long du film :

les collaborateurs asiatiques de la victime sont présentés d'emblée comme des méchants patibulaires, forcément commanditaires du meurtre de leur boss, alors qu'en réalité leur quête d'information traduit simplement leur volonté de justice/vengeance...

Autre point fort, la force du casting, qui comprend quand même Sigourney Weaver, William Hurt, Christopher Plummer, Morgan Freeman, Pamela Reed, ainsi que l'inénarrable James Woods, à nouveau dans un de ces rôles de loser agité et baratineur dont il a le secret.

Malheureusement, "Eyewitness" comporte également quelques défauts, à commencer par une certaine maladresse dans le traitement des sentiments : les scènes "romantiques" figurent parmi les plus faibles, et on pourra tiquer en voyant la journaliste (qui vit en couple) céder facilement aux avances d'un type qui s'apparente quand même à un malade obsessionnel.

Certaines scènes d'action peuvent également prêter à sourire, je pense notamment au moment où Sigourney s'éjecte d'une voiture en marche, secourue par William Hurt à moto, armé d'une chaîne en ferraille. Disons qu'on voit bien les coutures et les artifices de la séquence, mais dans un tel film je ne trouve pas ça rédhibitoire.

Dans l'ensemble, je reste en effet séduit par ce polar urbain atypique de Peter Yates, qui constitue un divertissement sans prétention, même si le scénario introduit quelques éléments géopolitiques plus sérieux, tels que la Guerre Froide (et le passage à l'Ouest de juifs soviétiques) ou la Guerre du Viet-Nam (et ses effets post-traumatiques).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 482 fois
9 apprécient

Val_Cancun a ajouté ce film à 7 listes L'Œil du témoin

Autres actions de Val_Cancun L'Œil du témoin