👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Climactic change, one of the main causes of evolution, doesn't exist here."

Grosse bisserie sans le sou à la lisière des genres fantastique et SF, "L'Oasis des tempêtes" (The Land Unknown, titre original très générique dans le registre) fait partie de ces films largement désuets qui ont subi de plein fouet l'effet du temps. Une expédition polaire en Antarctique conduit un hélicoptère avec à son bord trois hommes et une femme à s'écraser au fond d'un cratère (???) au sein duquel une couche protectrice générée par la fonte des glaces (???) l'a préservé de toute évolution depuis des millions d'années (à la louche). Bilan, on se retrouve dans un univers en carton de série Z avec une quantité de brume impressionnante pour dissimuler la pauvreté des décors et des dinosaures en caoutchouc.

C'est bien sûr ridicule, mais cette thématique de l'exploration de mondes inconnus fait partie de mes madeleines et de ces faiblesses qui m'empêchent de tout rejeter en bloc. Le fait que ce film soit inspiré de la découverte d'une eau antarctique anormalement chaude en 1947 (à vérifier, pas de source à ce sujet) ajoute un certain charme. Car du charme, il en faut des tonnes pour équilibrer la balance du bon goût, avec des effets spéciaux parmi les pires que compte le genre. La palme revient assurément au pauvre gars dans sa combinaison en plastique de Tyrannosaurus Rex, d'un pathétique assez fantastique, mais on peut également compter sur des plans formés à partir de vrais lézards (des dragons de Komodo en fait, merci gallu) filmés en très gros plans dans des décors appropriés pour les faire passer pour des titans d'une époque antédiluvienne... Il y a aussi des marionnettes plus ou moins mécaniques, dont un dinosaure aquatique plutôt bien foutu et des plantes carnivores assez drôles. Involontairement, bien sûr.

On peut compter sur des répliques démesurément emphatique, du style "Wait till the Antarctic night comes and for nine months the black air hangs round you like a rotten rag and your eyes are blinded from the dark and from your own sweat, and you lose each other - and you're alone - alone. Do you hear me? ...Always alone!" Mais le plus grand symbole de l'époque revient sans doute à la séquence finale qui officialise la relation entre deux personnages à bord du bateau, après de récurrents moments de flirt, mariage et bébé à la clé. Mais bon, le kitsch SF est plutôt agréable : dans le même genre, n'oublions pas que la même année sortait le mètre-étalon "The Giant Claw" réalisé par Fred F. Sears.

Morrinson
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Mon cinéma bis, Top films 1957, Mes films de science-fiction, Mes films d'aventure et Avis bruts ébruités

il y a 2 ans

5 j'aime

6 commentaires

L'Oasis des tempêtes
Voracinéphile
9

La CIA vous a encore menti sur les pôles...

Ah, pour sûr, The land unknown est devenu mon film d'aventure préféré du mois ! C’est bien simple, tout n’est qu’affabulation et spéculations insensées dans ce film, sans compter le charme des nanars...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

L'Oasis des tempêtes
SimplySmackkk
7

Jurassic Oasis

C’est fou le nombre d’expéditions qui ont découvert des dinosaures dans les années 1950, que ce soit sur un continent perdu, sur le monde pétrifié ou ici dans l'Oasis des tempêtes (quelle charmante...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime

5

L'Oasis des tempêtes
Fatpooper
7

Ce titre français est pas mal en fait, c'est rare ça !

Apparemment le scénario du film est inspiré d'une découverte étrange ayant eu lieu 10 an auparavant : on aruait découvert de l'eau chaude et même quelques plantations en antarctique. J'ai cherché des...

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime

Boyhood
Morrinson
5
Boyhood

Boyhood, chronique d'une désillusion

Ceci n'est pas vraiment une critique, mais je n'ai pas trouvé le bouton "Écrire la chronique d'une désillusion" sur SC. Une question me hante depuis que les lumières se sont rallumées. Comment...

Lire la critique

il y a 8 ans

137 j'aime

55

Birdman
Morrinson
5
Birdman

Batman, évidemment

"Birdman", le film sur cet acteur en pleine rédemption à Broadway, des années après la gloire du super-héros qu'il incarnait, n'est pas si mal. Il ose, il expérimente, il questionne, pas toujours...

Lire la critique

il y a 7 ans

133 j'aime

21

Her
Morrinson
9
Her

Her

Her est un film américain réalisé par Spike Jonze, sorti aux États-Unis en 2013 et prévu en France pour le 19 mars 2014. Plutôt que de définir cette œuvre comme une "comédie de science-fiction", je...

Lire la critique

il y a 8 ans

125 j'aime

11