👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bon film catastrophe et honnête huis clos. Robert Wise (l'homme à la filmo la plus éclectique au monde) assure le service.

Comme j'aime bien les dirigeables (c'est rigolo comme truc quand même), ben j'aime bien l'Odyssée du Hindenburg. Dans la vie, faut être cohérent.

Les scènes de contrôle de sécurité avant embarquement nous rappellent notre formidable époque qui chérit le risque et l'aventure. Années 30/post-11 Septembre, et oui y'a des similitudes...

Le casting est sympathique : George C. Scott (le militaire schleu qui n'aime pas les nazis, un classique), Anne Bancroft (en duchesse prussienne qui triche aux cartes) et le Lebeau de Papa Schultz (reconnu en cinq secondes, ce dont je ne suis pas peu fier !).
Pruneau
7
Écrit par

il y a 11 ans

12 j'aime

2 commentaires

L'Odyssée du Hindenburg
Docteur_Jivago
4

Titanic des airs

Robert Wise en est au crépuscule de son immense carrière lorsqu'il met en scène L'Odyssée du Hindenbourg, où il est question d'une alerte à la bombe dans le célèbre dirigeable symbole du Troisième...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

8

L'Odyssée du Hindenburg
Pruneau
7

Ballon décès

Bon film catastrophe et honnête huis clos. Robert Wise (l'homme à la filmo la plus éclectique au monde) assure le service. Comme j'aime bien les dirigeables (c'est rigolo comme truc quand même), ben...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

2

L'Odyssée du Hindenburg
Ugly
6

Huis-clos en plein ciel

Ce film qui relate un désastre réellement survenu en 1937 au célèbre zeppelin, orgueil du Troisième Reich, s'inscrit dans la vogue des films catastrophe de la décennie 70. Robert Wise utilise donc...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

6

Django Unchained
Pruneau
5

Amour chaînes

En se concentrant purement sur une exégèse westernienne du film, on va dire qu'il y a trois inspirations différentes. La première se place dans la tradition assez classique du western. On est au...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

7

Winchester 73
Pruneau
9

C'est bath Mann

Un Anthony Mann avec James Stewart, rien de plus classique. Sauf que le personnage principal est une winchester 73. Carabine à 15 coups, surnommée "the gun that won the west », elle attire à elle...

Lire la critique

il y a 11 ans

48 j'aime

14

Au service secret de Sa Majesté
Pruneau
8

Lord of the Rigg

Seul James Bond avec une histoire d'amour, seul James Bond sans happy end, seul James Bond avec George Lazenby. Les scènes de début et de fin, passages obligés du genre, sont les plus belles de la...

Lire la critique

il y a 11 ans

47 j'aime

58