👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En se concentrant purement sur une exégèse westernienne du film, on va dire qu'il y a trois inspirations différentes.
La première se place dans la tradition assez classique du western. On est au Texas (donc à l'Ouest), y a des chasseurs de primes et des shérifs. On se sent bien, comme à la maison, avec nos repères habituels. Bizarrement, c'est la partie du film que j'ai préférée...
Il y a de la neige (qu'est-ce que j'y peux si j'aime les westerns de neige ? Chacun ses névroses), et Christoph Waltz donne toute sa mesure. Ce type est un génie.

La seconde partie, la plus longue, s'éloigne pas mal du western. C'est le Sud, plus vraiment l'Ouest, on est dans une autre mythologie, plus Autant en emporte le vent que la Prisonnière du désert. Les plantations et les esclavages, pas les cow-boys.
Du coup, ça m'excite moins et puis ça traîne en longueur. Christoph Waltz et son personnage s'éteignent totalement pour laisser toute la place à ce mauvais acteur sans classe qu'est Jamie Foxx. Je reconnais que pour une fois DiCaprio est assez brillant, mais là aussi même son accent sudiste réussi finit par lasser.

Dans la troisième et dernière partie, Tarantino, qui a pourtant essayé de se retenir pendant deux heures, laisse une fois de plus les aspects les plus pervers et douteux de sa cinéphilie prendre le pas sur le reste. Pas sûr que ce soit une bonne idée d'exhumer le cadavre du western spaghetti. Malgré le talent fun de Tarantino, je m'ennuie prodigieusement, surtout en repensant à la première heure...
Pruneau
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Westerns de neige et Westerns de chasseurs de prime

il y a 9 ans

69 j'aime

7 commentaires

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

340 j'aime

50

Django Unchained
real_folk_blues
7

Jamie nie Crockett

Salut, j’aime Tarantino et je t’emmerde (poliment, bien sûr). Certes, il est podophile (j’ai bien utilisé la lettre « o »), pas très agréable à regarder, parfois vulgaire, et un brin complaisant...

Lire la critique

il y a 9 ans

133 j'aime

50

Django Unchained
Nushku
7

Dragées Unchained

Le dernier Tarantino est un film des plus sucrés. Sucré avec tous ces accents chantants ; ce Sud pré-Civil War aux relents de southern gothic, aux plantations garnies de belles demeures ornées de...

Lire la critique

il y a 9 ans

105 j'aime

8

Django Unchained
Pruneau
5

Amour chaînes

En se concentrant purement sur une exégèse westernienne du film, on va dire qu'il y a trois inspirations différentes. La première se place dans la tradition assez classique du western. On est au...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

7

Winchester 73
Pruneau
9

C'est bath Mann

Un Anthony Mann avec James Stewart, rien de plus classique. Sauf que le personnage principal est une winchester 73. Carabine à 15 coups, surnommée "the gun that won the west », elle attire à elle...

Lire la critique

il y a 11 ans

48 j'aime

14

Au service secret de Sa Majesté
Pruneau
8

Lord of the Rigg

Seul James Bond avec une histoire d'amour, seul James Bond sans happy end, seul James Bond avec George Lazenby. Les scènes de début et de fin, passages obligés du genre, sont les plus belles de la...

Lire la critique

il y a 11 ans

47 j'aime

58