Zorba en Amérique

Avis sur La Diablesse en collant rose

Avatar Kalopani
Critique publiée par le

La seule et unique incursion de George Cukor dans le western a de quoi laisser sceptique et interpeller l'amateur du genre. Un titre atypique, une affiche peu séduisante, des couleurs douteuses, sans parler de la présence en tête d'affiche de Sophia Loren dans une production de son mari, Carlo Ponti...enfin on pouvait légitimement s'attendre au pire !
Et aussi étrange que cela puisse paraître, le pire n'est pas venu et "Heller in Pink Tights" s'avère être un film, certes pas inoubliable, mais qui se regarde fort bien, pas désagréable pour deux sous, et qui est ponctué de bons moments.

L'originalité du métrage réside dans son sujet qui nous permet de suivre le périple d'une troupe de théâtre à travers le far west. Et il est vrai que les troupes de comédiens ambulants font partie intégrante de l'univers du western, ce que nous avons tendance à oublier, pourtant on en croise également chez Ford notamment avec "La poursuite infernale" et "Le Convoi des braves". Cukor détail avec soin cet univers particulier, il entretient le réalisme de son histoire en filmant le quotidien souvent laborieux de la troupe (la vie en communauté, les voyages difficiles en chariot, le manque d'argent pour monter le spectacle, etc.) ; mais surtout il s'attache à composer de vrais tableaux où la couleur, parfois criarde, suit l'évolution psychologique des personnages. Ce qui nous permet d'avoir des moments étonnants, visuellement, où certaines audaces sont parfaitement rendues par la photographie d'Harold Lipstein. On notera par ailleurs que Cukor se montre habile pour dénoncer l'hypocrisie d'une société qui se dit outrée par les thèmes abordés durant les représentations (adultère) tandis qu'elle tolère la violence et la débauche en tous genres. Au final, le film peut être vu comme un bel hommage aux acteurs ou saltimbanques qui tentent de faire vivre leur art dans un monde marqué avant tout par la violence.

Il faut dire que l'aspect purement western reste le point faible du film. La légèreté du ton s'accorde assez mal avec la tentative de dénonciation de la violence, les passages dramatiques manquent singulièrement d'intensités. Pourtant là aussi Cukor s'applique avec soin pour reconstituer un Far West plus vrai que nature avec ces personnages typiques (Indiens, desperados, joueurs de poker ...) mais ça ne suffit pas à tirer ce film d'une douce torpeur. La partie où la troupe prend la fuite à travers l'ouest sauvage manque considérablement d'ampleur, on ne retrouve pas l'intensité dramatique ou la flamboyance entraperçue chez Ford ou Walsh. Mais en même temps, on peut être indulgent avec Cukor qui est avant tout un habitué des comédies et qui rend ici une copie qui a le mérite du sérieux.

"Heller in Pink Tights" n'a rien d'un grand western mais son histoire autour du monde du théâtre ne manque pas d'intérêt et son ton léger rend l'ensemble assez plaisant. Mais s'il y a bien une réussite à mettre au crédit de Cukor, c'est sa direction d'acteurs. Il arrive à rendre crédible Sophia Loren au milieu des cow-boys (ce qui n'était vraiment pas gagné !), tout en la rendant rayonnante à l'écran ; rien que pour cela, j'ai envie de dire bravo ! Mais la vraie bonne surprise reste Anthony Quinn qui étonne par sa sobriété et sa sensibilité ! C'est agréable de voir un acteur de son tempérament se glisser ainsi dans un rôle presque en retrait et qui arrive à nous toucher par une vraie justesse de jeu. Ne nous en cachons pas, la vraie vedette du film, c'est lui !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 274 fois
11 apprécient

Autres actions de Kalopani La Diablesse en collant rose