👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La Femme au portrait

The Woman in the Window

1944

962

910

74

7.4

Film de Fritz Lang · 1 h 47 min · 28 juillet 1947 (France)

Genre : Film noir

Casting (acteurs principaux) :

Edward G. Robinson, Joan Bennett, Raymond Massey, Edmund Breon, Dan Duryea, Thomas E. Jackson, Dorothy Peterson, Arthur Loft

Pays d'origine :

États-Unis
Casting complet et fiche technique

Un soir, en sortant de son club, le professeur Wanley rencontre la jeune fille, Alice, dont le portrait dans la vitrine voisine le fascinait depuis longtemps. Invité par elle, ce dernier se trouve en présence d'un inconnu qui s'en prend à Alice puis à lui. Wanley, en état de légitime défense, est obligé de le poignarder.

LongJaneSilver

La fin explique la manière dont certains aspects de l'intrigue sont dégraissés et certains détails amplifiés... mais elle gâche quelque peu...

il y a 7 ans

2 j'aime

4

Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago

Critique positive la plus appréciée

All black

Alors qu'il se rend dans l'un de ses clubs, Richard, un professeur renommé, tombe sur un tableau représentant une femme dont il va très vite tomber sous le charme et être fasciné... jusqu'à ce qu'il...

Lire la critique

il y a 7 ans

SanFelice
7
SanFelice

Alice dans les vitrines

L'avantage, avec les films noirs de Fritz Lang, c'est qu'il ne perd pas de temps en palabres inutiles. En trois scènes, cinq minutes générique compris, il a planté l'ambiance, présenté le personnage...

Lire la critique

il y a 8 ans

Electron
8
Electron

Cycle Fritz Lang

« La femme au portrait » appartient à la légende du film noir. Réalisé par Fritz Lang en 1944, on peut le rapprocher de « La rue rouge » tourné un an plus tard, toujours par Fritz Lang et avec le...

Lire la critique

il y a 9 ans

goldie
8
goldie

Critique de par goldie

Pataud, un peu ours, le cigare aux lèvres, Richard Wanley s'avance d'un pas goguenard en direction de son habituel club/fumoir. La mine familière d'Edward G. Robinson, qui s'était déjà prêtée à la...

Lire la critique

il y a 11 ans

Artobal
9
Artobal

Et Robinson crut oser…

Rebondissant (plus d’un an après) sur la critique de Limguela, c’est l’idée que les grands films ne sont pas faits de nécessités programmées mais de coïncidences qui m’amène à défendre la fin de "La...

Lire la critique

il y a 7 ans