👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

L'objet cinématographique suprême. Trouvez-le, regardez-le, aimez-le pour le restant de vos jours.

John Sims est né le 4 juillet, il accoste à New York pour réaliser ses rêves insignifiants, puis il y est embauché dans un immense open-space, fourmi au milieu de ses congénères de gratte-ciel. C'est l'archétype du vaillant petit citoyen américain encore empli de l'enthousiasme des pionniers. Sims commence à faire son chemin, on l'a rapidement vu naître et grandir, c'est l'homme le moins original du monde. Ça en deviendrait presque irritant.

Qu'attendre d'un homme si générique, si ce n'est que son père lui avait promis qu'il deviendrait quelqu'un d'important... Pourtant, Sims demeure ce n'importe-qui perdu dans la foule. Parmi l'immensité, il est celui sur qui par hasard notre regard est tombé, celui dont on va sonder un instant les expériences ordinaires fascinantes de justesse, les voir scintiller et se déployer un moment avant de mourir.

Sa vie prend forme comme un grand brouillon sans conséquences, et cela continue toujours plus loin. Comme tout un chacun, le jeune Sims a pris les grandes décisions par hasard, inspiré à l'improviste par une affiche croisée au coin de la rue. Les lignes porteuses ont été tracées à la va-vite et tout le reste a bourgeonné autour, et c'est devenu le plus important, c'est devenu soi.

Déjà les publicités ont colonisé l'imagination, elles ont répandu leur paysage chatoyant au dessus de toutes les têtes, c'est devenu un environnement naturel pour les enfants du futur, et sur lequel certains esprits dansants s'amusent déjà à faire des ricochets. Sims est un homme de son époque, il jongle avec insouciance au milieu de ce décor versatile : il invente un slogan publicitaire.

Les morceaux joués par John Sims au ukulélé :
http://youtu.be/fu9B5MTfs1k
http://youtu.be/c5hTWCzUQ-o
http://youtu.be/XCrAwNt_Mpg
http://youtu.be/OrfxGiJMhDg

Et puis quelque chose arrive, quelque chose de tellement aberrant que le monde entier devient grotesque et prend un rictus horrible, presque comique. Ça tombe du ciel comme la peste, comme une mauvaise farce, lentement le vertige s'installe au dessus de ce gouffre absurde, et inexorablement la gorge se serre. Il fait grand soleil, mais le moindre fragment d'existence se trouve éteint, il n'y a plus que des visages décomposés, rien.

Que faire, si ce n'est espérer... quoi, un miracle ? la plus belle scène de l'histoire du cinéma ? Et c'est ce qui arrive, et vous devrez pleurer.
poulet
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Films, 1920s, :'-l et Les meilleurs films de descente aux enfers

il y a 9 ans

42 j'aime

7 commentaires

La Foule
guyness
10
La Foule

Le venin

Il est des films qu'il ne vaut mieux pas voir. Des œuvres dangereuses. Parce qu'après les avoir vues, tu ne pourras plus jamais prétendre être tout à fait le même, sans passer pour un menteur de...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

42

La Foule
drélium
10
La Foule

There's everything nice about you

Une histoire toute bête d'un couple qui se découvre, pas de pitchs ni de twists inventifs, pas de retournements compliqués ou de technologie d'aucune sorte, pas d'artifices de scénario. L'amour tombe...

Lire la critique

il y a 10 ans

74 j'aime

16

La Foule
Sergent_Pepper
9
La Foule

Le combat ordinaire

(Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs" : guyness, Kalopani) John nait avec le siècle et va l’incarner : obsédé à l’idée de « devenir quelqu’un », il rejoint la foule des individus en quête d’une...

Lire la critique

il y a 8 ans

73 j'aime

5

Quai des Orfèvres
poulet
3

Hmm... Un film de merde sur des cons.

Ha ha ha mais mais mais mais qu'est-ce que c'est que cette moyenne ? Tant de gens ont mis Quai des orfèvres dans leur top 10 ? PERSONNE n'a mis moins de 5 ? Hum hum, c'est incompréhensible. Enfin...

Lire la critique

il y a 9 ans

32 j'aime

21

The Clock
poulet
8
The Clock

Le film qu'il sera demain à la même heure

L'avantage de ce film, ce qui le rend au moins supportable pour les bougons allergiques à la plupart des œuvres postérieures au Second Empire et les empêche de partir au bout de dix minutes de...

Lire la critique

il y a 8 ans

31 j'aime

4

Les Frères Karamazov
poulet
8

Le papa de Dieu

"Si tu te souviens la nuit, avant de t'endormir, que tu n'as pas accompli ce qu'il fallait, lève-toi aussitôt pour l'accomplir." Dostoïevski sait aborder de grandes questions existentielles tout au...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

15