👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un Film Prenant Et Engagé Avec Ses Défauts

Prenant! Voilà le premier mot qui vient à l'esprit de ce film que j'ai beaucoup aimé et ceux malgré les nombreuses reproches que je pourrai lui faire. Je n'ai pas vu le temps passé en suivant les pérégrinations de ces 3 jeunes de banlieue. Le film a été fait en 1995 mais le propos sonne avec d'autant plus de résonance aujourd'hui et m'a ému, révolté ou parfois laissé très perplexe par ses propos. En clair, que se passe-t-il dans la journée de 3 jeunes de banlieue?
Au niveau des bon points:
- Et bien il ne se passe rien dans cette journée. C'est ça qui est fort! C'est que le film reste intéressant avec une toile de fond placé de manière classe dès le début (passage à tabac d'Abdel Ichah par un inspecteur de police lors d'un interrogatoire avec des images de reportages qui défilent) et suit ensuite leur journée heure par heure.
- Les dialogues sont GRANDIOSES. Chaque réplique apporte une pierre à l'édifice. On se souviendra notamment de Saïd surpris de rencontrer un policier sympathique dans Paris ayant l'habitude de ceux des quartier sensibles "Oh le keuf trop poli, il m'a même vouvoyé".
- L'ambiance toujours oppressante sans être stressante notamment par le choix du N&B.
- La nuance dans les personnages secondaires et ce malgré le parti anti-flic qui me dérange un peu. On a bien le flic copain avec les racailles, le flic stagiaire modèle qui essaie de faire au mieux mais aussi celui torture par plaisir et celui qui cherche toujours les problèmes avec les jeunes. Idem pour les protagonistes principaux qui ne sont pas uniquement des victimes du système sympathique. Saïd se comporte comme un vrai goujat avec les parisiennes qu'il essaie de brancher. Malgré ses airs de philosophe, Humbert est un professionnel du vol et Vinz... Ben Vinz est juste un connard en fait.
Au niveau des mauvais points:
- On appréciera peu ou pas le côté fable des 3 copains de banlieue : un juif (Vinz), un noir (Hubert) et un arabe (Saïd). Désolé, mais je n'y crois pas. Marseillais d'origine, cette fratrie relève plutôt de l'utopie pour pousser le propos. Soit, c'est le point de départ.
- Vinz... Vinz #Vincet Cassel est le seul personnage sans nuances. Il est bête, méchant et insupportable. On en vient à se demander comment Saïd et surtout Hubert qui est le plus mesuré arrivent à le supporter. Peut-être aussi que je connais Vincent Cassel pour ses nombreux autres rôles qui le rendent moins crédible en jeune de banlieue qui surjoue.
- Le parti pris anti-flic est parfois aberrant et nuit au propos du film. La scène de pseudo-torture est limite et cela d'autant plus qu'il y a un nouveau flic dégoutté de la scène. D'abord, je pense qu'ils prendraient très cher de la part de leur hiérarchie si cela était découvert. De plus, je ne comprends pas l'intérêt de traumatiser un jeune flic.

Ce parti pris va jusqu'à abîmer la fin à mon sens. Vinz se fait descendre par un flic haineux qu'il a provoqué auparavant. Sauf que la bavure est rapide et idiote. Lorsqu'on regarde toutes les bavures (Théo, Adama, Zyed et Bouna), il y a toujours une montée de la violence qui permet d'ailleurs (à tort ou à raison je ne saurai dire) de toujours disculper les policiers. Ici, il arrive et tire comme un con ce qui d'ailleurs est beaucoup violents que les autres bavures qui ont fait scandale. C'est émouvant, mais ce n'est pas crédible.


Au final, malgré le propos, c'est un très bon film que je ne peux que vous recommander pour la richesse de ses dialogues et ses très nombreux personnages bien écrits.

Pipe
8
Écrit par

il y a plus d’un an

La Haine
Sergent_Pepper
7
La Haine

Chute des classes

Evénement de l’année 1995, La Haine a tout d’un film contextuel qu’il est assez curieux de revoir, ce que proposent les salles à l’occasion de sa restauration 4K. Parce que la situation n’a pas...

Lire la critique

il y a 2 ans

60 j'aime

7

La Haine
moumoute
2
La Haine

J'ai préféré veuves en chaleur.

J'ai essayé de regarder La Haine quand j'avais 16 ans, et à cette époque tout le monde se servait sur la mule et mettait une semaine pour arriver à voir quoi que ce soit. Bien évidemment un petit...

Lire la critique

il y a 10 ans

50 j'aime

17

La Haine
Zogarok
3
La Haine

Les "bons" ploucs de banlieue

En 1995, Mathieu Kassovitz a ving-six ans, non pas seize. C'est pourtant à ce moment qu'il réalise La Haine. Il y montre la vie des banlieues, par le prisme de trois amis (un juif, un noir, un...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

19

Place Vendôme
Pipe
2

Ennuyeux et trop implicite

Honnêtement, je n'ai pas compris le film et ne saurait le recommander. Le choix délibéré de faire un film lent et avec beaucoup d'implicite est peut-être justifié mais cela m'a plutôt ennuyé d'une...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

Sicario
Pipe
8
Sicario

Une Tension Maîtrisée

Ayant apprécié Premier Contact et Dune sans pour autant les trouver incroyables, j'ai me suis laissé tenté par Sicario qui présente Villeneuve dans un tout autre registre. Il faut le dire d'emblée,...

Lire la critique

il y a 1 mois

2 j'aime

The Holiday
Pipe
5
The Holiday

Un Téléfilm de Noël Avec Un Gros Casting

Ayant échappé à Nancy Meyers pendant ma tendre adolescence, je m'y suis récemment mis et avais été agréablement surpris par le nouveau stagiaire qui faisait le café sans être resplendissant. The...

Lire la critique

il y a 12 jours

2 j'aime