Des hipsters dans les carpathes... (ou les pires coupes de cheveux de l'histoire du cinéma)

Avis sur La Légende de Viy

Avatar Victor Tsaconas
Critique publiée par le

(...) Le dernier long de la journée est le block-buster russe de Oleg Stepchenko, Viy, adapté de la nouvelle du même nom écrite par Nikolai Gogol en 1835. On change de registre avec celui-ci, et on se situe entre Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro et Les Frères Grimm de Terry Gilliam, Hansel & Gretel : Witch Hunters de Tommy Wirkola et The Village de M. Night Shyamalan, avec une bonne dose du Château des Carpathes de Jules Verne… Le tout en 3D. Vous l’aurez compris : un beau bordel! Il est dur de rentrer dans le film tellement le produit sent le frelaté, à cause entre autres d’une photographie insipide et lisse, et d’un humour tout droit sorti de carnet de bord de John McClane, qui n’était efficace que dans les années 80. On se laisse tout de même prendre au jeu grâce à une mise en scène soignée, pas trop hystérique et qui sait prendre son temps, même dans les séquences d’actions.

L’atout majeur du métrage, c’est les effets spéciaux très réussis qui permettent ainsi une immersion facile dans un monde en 3D pas des plus alléchants au premier abord qui, passé le côté gadget de quelques plans ridicules au ralenti d’objets qui foncent sur les spectateurs, est plutôt travaillée tout en profondeur de champ. Le film s’offre également une belle galerie de monstres bien dégueulasses. Même si le métrage de Stepchenko est loin d’être un bon film, j’apprécie le spectacle pop-corn pour ce qu’il est, un pur divertissement, qui permet de me sortir de l’état bilieux causé par les deux films visionnés précédemment.

Tiré du journal de festival du BIFFF : lire l'article entier sur mon blog...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 891 fois
1 apprécie

Autres actions de Victor Tsaconas La Légende de Viy