👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bertolucci et ses obsessions du pipi-caca oedipien.Si l’auteur de « Prima della Rivolutione » et de « la stratégie de l’araignée » a su éviter dans la plupart de ses œuvres l’impasse du scandaleux comme proposition artistique, il se fourvoie ici, trois ans après la grande fresque inspirée de « 1900 », dans un cinéma plus intimiste, intime même, dans la promiscuité qu’il revendique avec la provoc.Dans « prima della rivoluzione » , 15 ans plus tôt, un neveu et sa tante en personnages centraux.Cette fois, une mère et son fils. »Un film qui dérange » défendront certains, a défaut d’y trouver un argumentaire de poids. L’exploration de la caméra de Bertolucci sur les méandres des sentiments incestueux n’est néanmoins pas de tout repos.Ce regard du fils sur ses parents, mélange inavoué d’amour et d’incompréhension, cette jalousie et ce désir qui s’installent, inconsciemment, filmé avec une caméra qui fait de l’indiscrétion assumée sa marque de fabrique, nous fait davantage pencher du côté d’un Marco Ferreri en petite forme que celle de l’œuvre inspirante de Sigmund Freud.

STEINER
4
Écrit par

il y a 6 ans

3 j'aime

La Luna
EricDebarnot
8
La Luna

Lyrisme et sensualité

A sa sortie, "La Luna" déconcerta critiques et public après la gigantesque fresque politique et engagée qu'avait été "1900" : ici, plus question d'analyse sociale, mais une forêt de symboles et de...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

3

La Luna
STEINER
4
La Luna

Oedipe a trois balles

Bertolucci et ses obsessions du pipi-caca oedipien.Si l’auteur de « Prima della Rivolutione » et de « la stratégie de l’araignée » a su éviter dans la plupart de ses œuvres l’impasse du scandaleux...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

La Luna
walterhego
4
La Luna

Critique de La Luna par walterhego

Plutôt esthétique et charmant. Tape à l'oeil et rempli de bons sentiments... mais inepties sur l'addiction aux drogues dures

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

Révélations
STEINER
4

Révélations de pacotille

Un ponte de l’industrie de la cigarette décide de tourner casaque et de désormais servir l’industrie de Bien.Un journaliste très bien intentionné va l’aider dans sa périlleuse aventure...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

8

La Porte du paradis
STEINER
10

Critique de La Porte du paradis par STEINER

Quel souffle ! Quel lyrisme ! Quelles sublimes émotions auront provoqués la vision de cette fresque "monumentale", dans tous les sens du terme.Un chef-d'oeuvre absolu du cinema américain dont l'échec...

Lire la critique

il y a 10 ans

6 j'aime

Retour à la bien-aimée
STEINER
7

Poeme dépressif

Figure incontournable en compagnie de jean Francois Davy ou jean Daniel Pollet d'une certaine tendance expérimentale du cinéma français des années 70, Jean Francois ADAM a construit une œuvre...

Lire la critique

il y a 7 ans

4 j'aime

1