Autopsie d'une fin de couple

Avis sur La Séparation

Avatar Guillaume Rouleau
Critique publiée par le

Le cas Christian Vincent est intéressant... Car nous voilà avec un réalisateur talentueux et raffiné, qui a fait des débuts tonitruants et réussis avec La Discrète, Beau Fixe puis ce beau film sur la mécanique interne d'une séparation de couple, aujourd'hui méconnu...
En effet, depuis ce film qui mérite d'être redécouvert pour voir le talent de son réalisateur mis en valeur par un sujet fort, j'ai l'impression qu'il a du mal a égalé le niveau de ses 3 premiers films. Cela prouve une chose: Christian Vincent a besoin d'un très bon scénario pour que sa mise en scène léchée, toujours douce, marquée par le soucis de l'esthétisme et la mise en valeur de l'émotion dans le jeu de ses acteurs soient reconnue à juste titre.
Nous voilà, donc, devant le dernier film de Christian Vincent qui bénéfécie d'une écriture au cordeau subtile et intelligente, dû à Dan Franck, auteur du roman dont le film est adapté. Forcément dérrière, Christian Vincent n'avait plus qu'à parfaire son travail de metteur en scène talentueux pour nous faire faire un voyage passionnant et cruel au coeur même du fonctionnement interne des processus en causes dans la séparation d'un couple "ordinaire". Tout le monde peut s'identifier Isabelle Huppert et Daniel Auteuil. On observe peu à peu la lente désagrégation du couple, son incommunicabilité chronique, noyé dans un quotidien sclérosé car il ne s'y passe plus grand chose. Puis il y a le manque de geste affectueux qui finissent par devenir des gestes d'agressivité, significateurs d'une violente rage trop longtemps contenue, et non manifestée, sur des remarquables dialogues. Qui est responsable? Elle, parce qu'elle trompe son ennuie avec un amant qui l'écoute... Où lui? Parce qu'il est coupable d'un certain égoïsme ?
Aucun des deux. Une des dernières scènes, émotionnellement forte, nous donnent véritablement la clef : l'impuissance des femmes à pouvoir "communiquer" une véritable affection aux hommes, incapables de gérer et de reconnaître ce que signifie un geste de tendresse où de reconnaître les mots qui parle vraiment d'amour. L'homme et la femme sur deux planètes de compréhension différente.

Jeu à fleur d'émotions pour Huppert et Auteuil, qui se mettent à nu, devant la caméra de Christian Vincent. Puis il y a cette "bulle d'oxygène", qu'incarnent avec humour le couple ami: Jérôme Deschamps et Karin Viard (que j'ai découvert avec ce film, et dont le talent éclate à chacun(e) de ses apparitions). Couple anti-thèse pour bien montré qu'au fond il n'y a que la communication qui permet de tenir et de se faire moins mal...

Monsieur Vincent, refaite nous des films aux sujets aussi forts !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 714 fois
3 apprécient

Guillaume Rouleau a ajouté ce film à 10 listes La Séparation

Autres actions de Guillaume Rouleau La Séparation