👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Attiré par la palme d'or que Kéchiche a reçu à Cannes (surtout venant de la part du jury présidé par un immense réalisateur comme Spielberg), j'ai regardé la vie d'Adèle tant bien que mal.
Je ferais cette critique en deux parties : les points faibles, et les points forts du film.

1- Il faut prendre la vie d'Adèle comme une immense fresque cinématographique, qui dépeint l'évolution du personnage principal, pendant trois longues heures. Ovni parmi le cinéma et le cinéma Français, et le cinéma international, Kéchiche détail chaque instant de la vie d'Adèle. Le problème, c'est que cette jeune adolescente qui se cherche sans cesse tourne en rond. On à l'impression de se retrouver au début du film à l'heure H+3. Le scénario est relativement plat, sans aucun rebondissement. D'une lenteur absolue, il est ponctué de dialogues qui frisent parfois la niaiserie absolue du genre "tiens t'as vu, il fait beau aujourd'hui".
Une histoire d'amour naissante entre deux femmes n'est pas nouvelle au cinéma, cependant, c'est la première fois qu'elle est aussi détaillée.

2- Malgré tout, j'ai aimé la très grosse performance des actrices principales, et des acteurs secondaires. Adèle Exarchopoulos, et son physique de rêve, crève littéralement l'écran dans ce film. Même Léa Seydoux, pourtant connotée péjorativement de "fille à papa" avec les liens familiaux qu'on lui connait, arrogante et provocante joue relativement bien. On se demande si le reste de sa carrière suivra. Les acteurs secondaires ne sont pas en retrait, y compris le jeune Jérémie Laheurte et Sandor Funtek. J'espère pour lui qu'il percera à l'avenir !

Les scènes sont hyper bien filmées, chaque plan est magique, chaque cadrage est magnifique.
Même les scènes de nu sont grandioses. Le nu est pourtant à pourtant une connotation "porno" dès qu'il apparait au cinéma "traditionnel".

Graphiquement parlant, le film est merveilleux, il est pensé comme une bande dessiné, ce qui semble logique. Il est librement adapté de la bd "le bleu est une couleur chaude".
Le message de tolérance et de liberté livré par Kéchiche est louable.

En conclusion, la vie d'Adèle est un bon moment de cinéma, était-il nécessaire de faire un film de trois longues heures, là où deux chapitres séparés d'une heure trente auraient suffit ? Etait-il nécessaire de donner la palme d'or à un tel film, sinon pour les raisons politiques qu'on lui connait ?
Je suis sceptique en ce qui concerne les réponses à ces questions.

Tonio_2
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 5 ans

3 j'aime

1 commentaire

La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2
OEHT
10

Tomber amoureux

Une fille sort de chez elle au petit matin, s'éloigne dans la rue en remontant son pantalon puis se met à courir pour attraper son bus. Dans le train qui la mène au lycée, elle s'endort et nous...

Lire la critique

il y a 8 ans

223 j'aime

38

La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2
guyness
5

Terre Adélie

Alors, je précise d’emblée que pour pouvoir apprécier la vie d’Adèle, il faut pouvoir mettre de côté deux ou trois détails qui pourraient agacer: le fait que sur près de 30 personnes qui ingurgitent...

Lire la critique

il y a 8 ans

157 j'aime

29

La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2
Sergent_Pepper
9

Nos vies

L’artifice de l’art, cette contradiction fondamentale, alimente depuis ses origines deux tendances : l’ostentation de sa facticité, à travers le baroque formel et sublime, et la volonté (par des...

Lire la critique

il y a 8 ans

105 j'aime

6

Parasite
Tonio_2
10
Parasite

Personne n’est intouchable

Bien des gens vous le diraient, l’argent ne fait pas le bonheur. A cela, je réponds, elle y contribue, et permet de faire un tas de choses, de belles choses mêmes. Okja m’avait laissé un goût amer...

Lire la critique

il y a 3 ans

37 j'aime

4

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Tonio_2
7

La fin d’une époque.

C’était il y a 42 ans déjà. Sortait en 1977 sur les écrans Star Wars, un nouvel espoir. Georges Lucas est alors ami avec Coppola. Je l’ai toujours dit, Lucas est un piètre réalisateur, mais un homme...

Lire la critique

il y a 2 ans

28 j'aime

7

Star Wars - Épisode III : La Revanche des Sith
Tonio_2
10

Un univers gigantesque.

Si tu n'es pas avec moi, alors tu es contre moi... - Seuls les Siths sont aussi absolus. Ainsi, Georges Lucas clôture sa grande saga commencée 28 ans plutôt. (2005-1977) L'épisode 3 est en forme de...

Lire la critique

il y a 5 ans

26 j'aime

2