Las niñas, le premier long-métrage de Pilar Palomero, native de Saragosse, mérite de figurer au tableau d'honneur du nouveau cinéma espagnol. Le film se situe en 1992, l'année où l'Espagne apparait comme le parangon de la modernité en Europe, le franquisme aux oubliettes, la movida en exergue, les J.O de Barcelone et l'exposition universelle de Seville, en vedette. Pourtant, le vieux fond conservateur ibérique survit toujours, notamment en province, dans les relations sociales et dans l'éducation catholique des jeunes filles. Ce sont ces dernières que met en avant le film, à un âge-charnière (12 ans), au confluent de l'enfance et de l'adolescence. Entre l'école, les amies et sa mère veuve, la petite Celia (magnifiquement incarnée par la débutante Andrea Fandos) grandit entre insouciance, angoisse et questionnements, en particulier sur ses origines. De manière impressionniste, sans coups de théâtre ni dramatisation superflue, Las niñas se met à hauteur d'enfant avec une sensibilité et une délicatesse de tous les instants, rafraîchissant avec bonheur tous les poncifs plus ou moins liés au récit d'apprentissage. Le film évoque un peu le Cria Cuervos de Carlos Saura, la cruauté en moins, laissant le beau personnage de la mère à ses mystères. Réalisé avec une fluidité parfaite, avec notamment une scène d'ouverture admirable, à laquelle répondent les plans finaux, Las niñas se termine avec l'émotion la plus pure qui soit, prônant la liberté de conscience individuelle comme outil pour faire avancer les mentalités collectives.

6nezfil
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 2021 : quelle belle année en salles (ou pas), Au fil(m) de 2021 et Les meilleurs films de 2021

Le 17 décembre 2020

8 j'aime

Las niñas
Trilaw
7
Las niñas

Sexualité réprimée

Réalisé sobrement, Las niñas se positionne dès le début affublé de mesquineries jalousives sur Brima essentiellement parce qu’elle a de gros seins et qui se moque allègrement des bondieuseries de son...

il y a 11 mois

3 j'aime

Las niñas
Cyriellebourgeonne
4
Las niñas

Critique de Las niñas par Cyriellebourgeonne

Si les actrices sont toutes globalement convaincantes, le scénario en revanche laisse selon moi à désirer. Sans nuance, la réalisation montre l'histoire d'une jeune fille, étudiante d'un pensionnat...

il y a plus d’un an

2 j'aime

Las niñas
Manue75019
6
Las niñas

Hola que tal

Année 1992 un établissement catholique de filles elles ont 12/13 ans à peu près. C’est les bonnes sœurs qui enseignent les maths et la SVT y’a les prières et tout le bordel et surtout les interdits. ...

il y a 1 an

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

il y a plus d’un an

65 j'aime

12

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

il y a 2 ans

56 j'aime

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

il y a 4 ans

55 j'aime

9