⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Voir le film

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un faux western et un vrai drame psychologique à plusieurs entrées, somptueux dans sa forme et délicatement ambigu sur le fond. La première heure du long-métrage, d'un alanguissement magistral, laisse s'interroger sur son véritable sujet qui semble pouvoir être aussi bien la transmission que la solitude, la virilité ou la fraternité. Patience, tout n'est que densité et intensité dans la deuxième heure du Pouvoir du chien alors que les relations entre les 4 personnages principaux se tissent et s'enrichissent, tout en gardant une part d'ombre. Jane Campion décrit à la perfection l'homosocialité d'un grand ranch du Montana, au milieu des années 20, et la splendeur d'une nature qui réduit les hommes et les animaux à ce qu'ils sont, des figurants souvent pathétiques, dans une mise en scène digne de celle de Terrence Malick dans les sublimes Moissons du ciel. La masculinité toxique, qui est celle de l'entier 20ème siècle, est montrée au sein de ce microcosme rural sans nécessité d'avoir recours à une violence frontale. Paré de nuances et d'ambivalence, le film se déploie avec une ampleur infinie, fruit d'une combustion lente et néanmoins ardente. Benedict Cumberbatch, qui brille comme un astre noir, domine sans l'écraser une distribution éclatante : Kirsten Dunst, Jesse Plemons et Kodi Smit-McPhee, dont l'interprétation n'est pas la moins fascinante. Chère Jane Campion, pour le bonheur des cinéphiles, il serait souhaitable que vous attendiez bien moins qu'une décennie pour nous émerveiller à nouveau de votre talent !

Cinephile-doux
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Au fil(m) de 2021 et Les meilleurs films de 2021

Créée

le 25 sept. 2021

Critique lue 9.9K fois

70 j'aime

13 commentaires

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 9.9K fois

70
13

D'autres avis sur The Power of the Dog

The Power of the Dog
Plume231
3

Ce peu obscur objet du désir !

Le protagoniste, ou plutôt l'antagoniste, incarné par Benedict Cumberbatch, veut visiblement réaliser l'exploit de faire comprendre en aussi peu de temps que possible qu'il est un gros con. En deux...

le 1 déc. 2021

65 j'aime

16

The Power of the Dog
mymp
8

Mise à mort du mâle sacré

"I wanted to say how nice it is not to be alone". Alors qu’ils viennent de se marier, Georges, à travers quelques larmes, avoue cela à Rose, la femme qu’il vient d’épouser. Lui avoue que c’est...

Par

le 10 déc. 2021

60 j'aime

6

The Power of the Dog
voiron
7

Critique de The Power of the Dog par voiron

Phil et George Burbank en 1925 sont deux frères propriétaires d'un immense ranch. Phil est un cowboy rustre, viril et colérique et brut. George est plus raffiné et bienveillant. Lorsque ce dernier...

le 28 janv. 2022

45 j'aime

18

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13